Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube    rdp fed

 

 

Multimédia > Protestations > L'écologiste Franz Weber : « Nous devons être contre. Par raison ! »

LogoL'écologiste Franz Weber, président de Helvetia Nostra :
« Nous devons être contre. Par raison ! »

Please, download a Flash player

Get Adobe Flash player

L'écologiste suisse Franz Weber est venu saluer les opposants au concept éolien de l'Arc jurassien hier matin à l'hôtel Alpes et Lac. L'initiative «Avenir des crêtes: au peuple de décider!» a été déposée hier après-midi à la Chancellerie neuchâteloise avec 6400 signatures.
Interviews de Franz Weber et de Vera Zaslawsky, présidente de «Les Amis du Mont-Racine» qui expliquent en quoi les projets éoliens sont non-écologiques.

Canal Alpha | Christelle Travelletti | 19.10.2010

Logo19 octobre 2010
L'Express/L'Impartial

Franz Weber en colère contre les éoliennes de l'Arc jurassien

Le comité d'initiative Avenir des crêtes - au peuple de décider! a déposé hier une initiative munie de plus de 6400 signatures. Hostile à toute implantation d'éoliennes sur les crêtes, il entend donner la parole à la population en souhaitant la voir repousser, en votation populaire, le concept éolien neuchâtelois. Le bouillant défenseur de la nature Franz Weber souffle dans la même direction.

Photomontage
PROJECTION «Les gens ne se rendent pas compte de ce qui nous arrive avec les parcs éoliens», exprime le comité d'initiative, qui dit avoir parlé pendant plus de 3000 heures avec la population. Ce photomontage de La Chaux-de-Fonds, vue de Pouillerel, en donne un aperçu. (SP)


«Je suis venu à Neuchâtel pour soutenir ces lascars!» Dans la bouche de l'ardent défenseur de la nature Franz Weber ces «gaillards» - comme il les a aussi nommés - sont les représentants de l'association des Amis du Mont-Racine et les dix membres du comité Avenir des crêtes - au peuple de décider! Ensemble, ils ont déposé, hier après-midi, une initiative législative populaire cantonale munie de 6406 signatures auprès de la chancellerie d'Etat. Leur action vise à sauver les crêtes neuchâteloises, mal protégées à leurs yeux par le décret de 1966 pour la protection du paysage neuchâtelois, depuis que le Tribunal fédéral a nuancé l'importance du rendement des éoliennes.

Le texte de cette initiative demande que le canton de Neuchâtel détermine le nombre, les dimensions et les emplacements exacts de l'ensemble des éoliennes, ainsi que de toute autre construction ou installation de même importance ou de même nature (l'implantation d'antennes de téléphonie, par exemple) dans un plan d'affectation spécial soumis au référendum populaire obligatoire. Une obligation qui s'appliquerait également à toute construction ultérieure devant nécessiter une modification du plan d'affectation spécial. «Cela obligera les consortiums qui veulent construire des éoliennes à aller très loin dans leurs planifications», indique Félix Gueissaz, porte-parole du comité d'initiative. Car, pour les initiants, l'installation des 59 éoliennes projetées répond à un impératif économique et non énergétique. «C'est un alibi pour éviter de faire des économies d'énergie, qui ne rapportent pas un sou au contraire des éoliennes. En France, Ikea et McDonald's ont acheté des sites éoliens pour leur pub», soutient Vera Zaslawsky, des Amis du Mont-Racine.

Un site que n'a finalement pas retenu la deuxième mouture du concept éolien dessiné par le Conseil d'Etat. «Nous sommes cependant très fâchés que La Vue-des-Alpes et Crêt-Meuron aient été retenus. Ce sont des lieux très fréquentés. Et même là, le décret n'est pas respecté», poursuit la responsable du dossier. «Au contraire du Mont-Crosin, à Saint-Imier, qui était un projet pilote, personne ne viendra se promener dans le parc éolien», prédit Bernard Chappuis. «Les Neuchâtelois feront une torée sous les éoliennes une fois, mais pas deux», poursuit le membre du comité, en évoquant le bruit et autres nuisances des éoliennes (routes, lignes à haute tension...).

«Notre combat concerne tout l'Arc jurassien, qui s'étend de Genève à Bâle. Car il est ridicule de sacrifier notre paysage pour de si petits bénéfices. Nous ne sommes pas sur la mer du Nord où les éoliennes peuvent atteindre 60% de charge annuelle. Elles n'ont pas été créées pour l'Arc jurassien», dénonce Félix Gueissaz. /STE

SANTI TEROL

«Je suis toujours en état de lutte»

Inoxydable en dépit de ses 83 printemps, Franz Weber fait toujours preuve de la même combativité lorsqu'il s'engage pour une cause. Le verbe haut, le défenseur de la nature a embrassé la cause des pourfendeurs d'éoliennes neuchâtelois. «C'est un grand jour pour les crêtes jurassiennes et pour toute la Suisse», a lancé le Montreusien. Pour qui les aérogénérateurs planifiés dans le canton de Neuchâtel équivalent à «un pillage de l'environnement». Le président d'Helvetia Nostra, indéfectible défenseur du Lavaux, des bébés phoques, des éléphants d'Afrique ou des chevaux sauvages d'Australie a encore du souffle: «Si le décret de 1966 n'est pas respecté, je suis prêt à lancer une initiative au plan national. Il me sera facile de réunir les 100 000 signatures nécessaires.» Inusable, Franz Weber dit avoir visité les sites concernés par l'implantation des éoliennes. «Nous avons besoin de sauver ce paysage, cette nature encore intacte. Ce serait scandaleux d'y construire ces grosses machines. Cela viole la législation du pays.» Ce combat, il le mènera assurément: «Je suis toujours en état de lutte, j'en ai encore pour dix ans!» /ste

Suisse Eole calme le jeu

Ardent défenseur des aérogénérateurs, Suisse Eole défend elle aussi le dialogue constructif avec la population. Toutefois, l'association de promotion de l'énergie éolienne soutient que le concept éolien des autorités cantonales résulte d'une pesée raisonnée d'intérêts multiples. A terme, communique Suisse Eole, les cinq parcs regroupés sur deux zones géographiques assureront 20% de l'énergie électrique utilisée dans le canton. Ce qui équivaut à un doublement de la production d'énergie renouvelable indigène. L'association relativise également l'importance du décret de 1966, qui couvre les 60% du territoire neuchâtelois. A l'époque, il n'existait aucun des instruments de planification territoriale actuels, poursuit le communiqué. En conclusion, Suisse Eole invite le Conseil d'Etat neuchâtelois à examiner les possibilités légales permettant d'associer la population sans pour autant bloquer tout développement éolien dans le canton de Neuchâtel. /ste

Lien : www.arcinfo.ch/journal/region/canton/article/317566/franz_weber_en_colere_contre_les_eoliennes...


1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?