Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube    rdp fed

 

 

Échos > 2018 > Elles se sentent mais ne s'entendent pas: le problème du bruit des éoliennes (Entretien avec l'acousticien Steven Cooper, Autralie)



australia
Australia

us

From Sherri Lange
CEO, NA-PAW, North American Platform Against Wind Power

kodaisl@rogers.com
www.na-paw.org

Please note that messages to these lists are intended for the private members and invitees only. If the material is informational, please feel free to circulate. If posting, please consider copyright laws. Please note that not all the views contained in circulation of news are those of NA-PAW.  If you have received this in error, please respond to the writer and delete the message.

Thank you!



frtraduction en français ( rapide)

Sensing but Not Hearing: The Problem of Wind Turbine Noise (Interview with acoustician Steven Cooper, AU)
Elles se sentent mais ne s'entendent pas: le problème du bruit des éoliennes (Entretien avec l'acousticien Steven Cooper, Autralie)


By Sherri Lange -- February 2, 2018
Please find in this link, a reflective and interesting interview with Mr. Steven Cooper. On many levels, this dovetails with the decision of the AAT, Australian Administrative Appeals Tribunal, which Mr. Cooper and many other contributed to.


Editor Note: Steven Cooper has advanced our understanding of how people react to real recorded pressure pulsations from industrial wind turbines. In the last six months he has presented eight papers at Acoustic Meetings in Zurich, Boston and New Orleans. With this interview, he breaks down some of the salient points of his research discoveries. Cooper’s work is expanding our knowledge about “soundscapes” near projects, which could result in new legal requirements for manufacturers and developers.

“In general, wind farm applications claim that turbines do not generate any low-frequency, tonal, or impulsive characteristics, which is a matter disputed by residential receivers. The consequence of the pulsating signal generated by turbines (whether audible or inaudible) could potentially require a further adjustment to any perception or impact generated by wind turbines.”

“On discussing the resident’s observations (with the residents) for the first two weeks I found the use of describing the impacts in terms of Noise, Vibration, and Sensation was accepted by the residents as a better concept.”

– Stephen Cooper (below)


Q. Paul Gipe back in his 1995 treatise (Wind Power Comes of Age, pp. 371-73): stated, “Next to aesthetic impact, no aspect of wind energy creates more alarm or more debate than noise.” He explained in his book how “all wind turbines create unwanted sound” and that sound can carry for great distances. Given this, why, twenty years later, is noise pollution and health effects therein just entering the mainstream?

Cooper:

First, some background. Sound is all around us unless we are in a vacuum. Noise is defined as unwanted sound and has been used as a descriptor by acousticians and authorities for more than 50 years.

‘Noise pollution’ could be taken as the concept of considering noise overall as being evident and affecting people to various extents with the concept of noise pollution being expressed in the late 1980s possibly more as a side issue to the common concept of air pollution.

Excessive noise or sound that may impact upon a person’s health has been well-known for 60-plus years via occupational noise with relevant standards being issued for noise levels in a workplace environment.

With new investigation, the noise criteria applicable to occupational noise has been modified for general factory-type noise and then expanded for different type noises that do not accord with general everyday noise and result in different impacts on people’s hearing, i.e. impulsive noise associated with hammering of steel, explosions, or firing of rifles.

In relation to general noise pollution (in terms of mainstream noise), the issue of health effects associated with road traffic noise, rail-traffic noise and aircraft noise entered mainstream issues before the 1995 extract that you have quoted. The general concept in terms of ascertaining appropriate noise limits for those types of noise involve community surveys and socio-acoustic studies to derive a dose-response curve where a noise limit was set to ensure that 90% of the population was not subject to an excessive degree of noise (with respect to annoyance) for 90% of the time.

With respect to wind turbine noise, in the mid-1990s the provision of wind turbines in rural communities came to the fore with respect to unwanted noise. Clearly the noise generated by such turbines was totally different to that of the existing environment. Whilst persons in proximity to wind turbines identified annoyance and sleep disturbance in mainstream acoustics, the number of people so affected is a small proportion of the total population and therefore did not warrant socio-acoustic studies.

If in the general sense the impact of turbines is limited to a small area around a wind farm (when compared with the total area of a regional county or the state) then the environmental authorities do not consider it to be a significant issue warranting further investigation.

Material conducted in relation to community response to wind turbines in Sweden and the Netherlands identified a dose-response curve significantly lower than that for road, rail or aircraft noise and suggested the appropriate limits for wind turbine should be significantly lower. However, that work related to relatively small turbines and an increase in the capacity of turbines to those which exist today results in a greater level of noise emitted from turbines.

Environmental authorities, encouraged by the wind industry, utilize noise criteria for turbines based upon road-traffic noise, notwithstanding the two noises are not the same.

The WHO 2009 European night-time noise guidelines identifies that ongoing noise disturbance, particularly with respect to sleep disturbance can lead to health impacts. It is necessary to note that most of the noise data contained in the 2009 guidelines relates to road traffic noise in urban areas. There is no data contained in the study related to wind turbines.

The various WHO guidelines that have been published identify where a noise contains a dominant low-frequency component then a further penalty should be added to any assessment criteria. Similarly, if a noise contains an impulsive characteristic then a further penalty should apply.

In general, wind farm applications claim that turbines do not generate any low-frequency, tonal, or impulsive characteristics, which is a matter disputed by residential receivers.

The consequence of the pulsating signal generated by turbines (whether audible or inaudible) could potentially require a further adjustment to any perception or impact generated by wind turbines.

In general, the noise criteria specified for wind turbine facilities is related to external noise levels, not internal noise levels. The spectrum of wind turbine noise can often be masked by external noise sources at an external location. But when assessed inside the dwelling, the reduction in sound provided by the building envelope dramatically reduces the high frequency components of both the external noise and the wind turbine noise, leading to a totally different spectral balance of the sound inside the dwelling that can make the audible characteristics of such turbines more apparent.

Q. How long have you been researching noise, vibration, sound, ILFN (Infra and Low Frequency Noise), and now, pressure pulsations, from industrial wind? How did you become interested in this?

A. I have been an acoustic engineer for 39 years and had a basic grounding in large scale industrial plants then helicopter and aircraft noise. I am involved in development applications for different types of projects and provided expert evidence on acoustic matters, primarily before planning courts.

In 2012, I was asked to review a proposed wind farm application and found a lack of evidence for the basis of the acoustic criteria that was proposed. The level of disturbance reported by residents in proximity to existing wind farms contradicted the acoustic material supporting the application.

Based on previous investigations of noise complaints one needs to take on board complaints in the investigation. This led to me requesting access to several residences in proximity to an operational wind farm. My attendance and measurements found the presence of noise levels significantly greater than predicted and a unique signature subsequently found near other wind farms.

Since 2012 I have been involved in seeking to identify and quantify the acoustic signature associated with wind turbines so as to permit the necessary medical investigations to be undertaken by others.

Q.Your interviews and studies at homes of impacted persons at Cape Bridgewater are groundbreaking. Can you describe the creative process involved in your discoveries? In what way was this study/research so important?

A. On previous testing at the Waterloo wind farm I found residents could identify pulsations from the wind farm even though it could not be heard. It was something they felt rather than heard. The wind farm could be sensed when the narrow band frequencies around 4 – 5 Hz had a level in the order of 50 dB (or more).

I was subsequently approached by the operator of the Cape Bridgewater wind farm to undertake an investigation to address complaints from local residents that could not be resolved by the dBA method and was given a free hand to undertake testing to explore the concepts I had presented to describe wind turbine noise impacts.

I was given a brief to undertake measurements and determine certain wind speed and noise levels that corresponded to complaints from specific local residents. The conduct of medical studies at the same time and have a control group was refused by the wind farm operator.

I based the study on the complaints and observations by the residents for comparison with the measurement results. I took the view that the primary function was to take account of the resident’s observations without ANY preconceived opinions.

I took measurements inside and outside residential dwellings and was given access to the wind farm and all operating data over a 9-week period.

I was to attend the site every two weeks to download data and meet with the residents (a house at a time) to discuss the analysis of the previous fortnight and what they had reported.  We processed the diaries and the data separately to each other, then combined the results for discussion.

I trialed a diary format based upon the EPA Waterloo study to see if I could match the results. But the residents couldn’t agree with the noise descriptions.

On discussing the resident’s observations (with the residents) for the first two weeks I found the use of describing the impacts in terms of Noise, Vibration, and Sensation was accepted by the residents as a better concept.

The challenge we had was finding a way to identify a pattern in the complaints versus the operation of the wind farm. I work best in a visual format and we tried various permutations of graphical tracking of the results versus the dBA levels, the power out of the wind farm and the wind speed and direction.

Initially I found a pattern versus changes in the wind farm power output as the residents were only reporting changes that they perceived. I changed the reporting to 1 or 2 hourly intervals.

Based on the complaints we found certain wind speeds (power outputs) that gave rise to complaints.  The challenge was then finding the sound levels that related to complaints.

dBA doesn’t work.  We found it correlated well with the wind speed but not with the noise from the wind farm.

We then tried 1/3 octave bands and various acoustic parameters that have been used for noise and wind farm investigations and still no trend.

It was not until we tried the complaints versus the infrasound narrow band signature that we found a trend. And sensation came out as the major impact.

We tried plotting the greatest level of sensation (when the residents actually left their properties or wanted to leave) and found patterns of disturbance that related to the power output of the turbines trying to start, when at high wind settings that the blades were angled to depower the turbine or changes in the power output (up or down) of over 10%.

I also noted intermittent vibrations in the floor of house 88, even during the shutdown period, that related to wind gusts. This led to vibration measurements on some turbines and in the ground on the wind farm and the residences.We have since used the Cape Bridgewater data for further testing and research.

Q. How did you convince the developers at Cape Bridgewater to turn off the turbines for your control/blind study?

A. They were trying to get the testing done before or after the planned shutdown. The shutdown was to facilitate high voltage cabling at the substation and would occur on ten days with the wind farm operating at night. I convinced them that having testing during the shutdown would be an essential part of satisfying the brief as we could see if there were complaints without the wind turbines – and get the true ambient background noise levels without any power to the turbines.

It became an essential part of the study in that it clearly showed the different acoustic signature with and without the turbines operating, that the natural environment did not have a discrete infrasound signature and that wind gusts did excite resonances of the turbines, both in terms of noise and ground vibration.

Q. What recent papers have you presented, where, and about what? We understand that you are changing the language around “noise” and wind turbine effects possibly with the eventual understanding for legislators and policy makers.

A. The Cape Bridgewater study revealed further investigations were required as the scope of the study was limited by the wind farm operator and as such was called a pilot study.

I was invited by Dr. Paul Schomer to be a member of the Acoustical Society of America Wind Turbine Working Group to discuss further investigations of wind turbine noise. The group has had sessions at the last six ASA meetings with the opportunity to present papers on the topic. I have now given 14 papers on my on-going research into wind turbine noise.

On the technical side we have developed graphical presentation (a movie) for showing the variation in the acoustical signature that conveys a number of concepts in the time and frequency variations of the signal. I have raised the issue of sample speed and the error in using a digital simulation rather than the original wave file recordings.

Using a digital equivalent of a time average narrow band analysis of a wind turbine signal is not the same.  Whilst having the same energy content if used for subjective testing, it is dramatically dissimilar as identified in Annex D of ANSI Standard S12.9-2016/Part 7; but this seems to be conveniently ignored by some people.

Using inaudible digitized energy equivalent signals restricted to just infrasound can only give rise to a conclusion of nothing being detected. Or, using an inaudible single tone at 4 or 9 Hz and saying it is wind turbine infrasound, is completely wrong.

We modified our reverberation chamber to investigate the threshold of perception versus the threshold of hearing in the infrasound region.  Headphones don’t work the same as immersing the body to the sound field.  We investigated the reproduction of the wind turbine signals normal sound and infrasound in our chamber with a large baffle of speakers to find the limits of reproducing the signal.

This is where the issue of sensation comes into play. If the residents cannot hear the turbines yet they can sense them, then the Leventhall mantra of “what you can’t hear cannot hurt you,” is incorrect.   

As in many cases residents can perceive the operation of the turbines even though they cannot hear them, we first worked on the threshold of perception of infrasound versus the threshold of hearing in one of our test chambers. The perception occurs below the threshold of hearing and has a hysteresis effect in that the thresholds are different when the levels is increased (from inaudibility) compared to going down.

I have questioned what makes up the acoustic signature or the mechanism that gives the infrasound signature. The accuracy of the analysis and whether the turbines generate infrasound and sound waves (like that of a tuning fork), or whether there was a pulsation of the sound occurring at an infrasound rate based upon the blade passing frequency. This is the number of times a blade passes a fixed point (say the tower). For a three-bladed turbine operating at 17 rpm this gives 3 X 17 = 51 times a minute or 51/60 = 0.85 Hz.

There have been a series of papers on that subject and the ability to accurately reproduce the signal in a laboratory.

We have found there are issues with the mathematics of the analysis as the signals are not sine waves, but pulses that vary in their level over time due to different loadings on the turbines and interaction of multipole turbines.

We have identified several researchers who have used digitized infrasound signals, claiming that they are actual wind turbine infrasound, to lead to the conclusion of a nocebo effect. We have tried that approach and when increasing the gain to be audible and/or speeding up the signals into the audio range they sound totally different.  Why not use the recorded wave files? Why go through a process of converting the signal into a modified digital signal that is not the same?

We looked at the subjective evaluation of wind turbine noise and the issue of amplitude modulation. We found audible and inaudible modulation and that the use of stereo imaging to give (in all cases) an overwhelming preference by test subject when compared to a mono signal. This outcome is obvious if you go and listen to wind turbines. However, there are papers on wind turbine subjective assessment based upon mono signals. The papers presented over the last 12 months have focused on those issues and the accuracy of reproducing the test signal from wave files recorded on site.

The question of the perception of inaudible wind turbine noise was investigated for the first paper given in New Orleans last month.  It seems nobody else has undertaken such an exercise and we were able to show that persons sensitized to wind turbine noise could identify the operation of the test signal even though it was completely inaudible.

Q. The “sensing but not hearing” may be oblique to some. Can you explain the process and effects on the whole person, from the unique pressure pulsing of industrial wind turbines?

A. In 2013, monitoring at the Waterloo wind farm at a number of different houses found that residents could identify the operation of the turbines at certain times and not at others. I was unable to hear the turbines, but by viewing the narrowband frequency spectrum covering the infrasound region the analyzer showed discrete frequencies associated with the blade pass frequency (the number of times a turbine blade would pass a fixed position in a second) and multiple harmonics of that frequency.

I observed that when the levels of the frequencies around 4 to 5 Hz exceeded 50 dB then there was a very good correlation with the perception of the operation of the turbines. However, such levels of noise at those frequencies are deemed to be inaudible.

What I asked residents to do, whilst I was undertaking measurements, was to simply use their hand to identify the pulsations that they could detect such that the hand moved in time with those pulsations.

This led to the concept of sensation and by communication with colleagues in America as to the limits where the perception of the operation the turbines occurred led to the rediscovery of the work in 1980 by Dr Kelley.

When I tried the diary concept for the Cape Bridgewater residents I utilized the South Australian EPA’s diary format from the Waterloo study to find that the residents did not fully comprehend or agree with the diary because the descriptions associated with noise were not necessarily satisfying what the residents were detecting. I then suggested the concept of something that they sensed rather than heard or felt by tactile vibration as another descriptor that could be used. This sensing involved pressure in the head, in the throat, in the chest, feeling dizzy, feeling lightheaded, a tingling in the legs, whatever sensation they experienced which could not be explained by something that they were hearing or a vibration that they were feeling.

(Our note: See here for a previous article at MR regarding the Cape Bridgewater findings.)

All the residents involved in the Cape Bridgewater study agreed that the concept of sensation was more appropriate in describing what they were experiencing, and that in many cases what they had complained about as noise impacts was incorrect and was the wrong description.

When describing the concept of sensation to other people that are exposed to wind turbine noise I have received confirmation that, yes, sensation is the appropriate mechanism for describing what they are experiencing.

As described earlier, the operation of a turbine generates pulses at the blade pass frequency. Due to there being different wind speeds at different elevations above the ground then the pressure differential across a blade at the top of the swept path is different to that at the bottom. Accordingly, along the length of the blade one can imagine the windspeed and the pressure differential across the entire length of the blade will vary as the blade rotates.

For example, for a three-bladed turbine that is operating at 17 revolutions per minute, then for any fixed point on the circumference of the sweat path of the blades there will be 3 x 17 = 51 passes per minute. Because acousticians work in Hertz or cycles per second, then the blade pass frequency is 51/60 = 0.85 Hz.

As frequency is the reciprocal of the timing between the pulses a blade pass frequency of 0.85 Hz means that there is a pulse every 1.77 seconds.

One only needs to listen to operational turbines to observe that the nature of the acoustic emissions generated by turbines is not one of a constant noise. One can hear the regular pattern of the swish noise which occurs at the blade pass frequency.

Spend some time at a turbine and it becomes apparent that the overall noise varies up-and-down in its level due to the different wind speeds. The character of the noise may vary in a matter of minutes due to a significant variation in the level of the noise (the amplitude) where that variation changes at the rate of the blade pass frequency.

If you examine the frequency spectrum you will find that the variations in the amplitude and the pulsations that occur affect all the frequencies across the audible range and occur below the nominal threshold of hearing which means that there are inaudible pulsating signals.

The natural environment where there are low frequency and infrasound signals generated by the wind, waves on the beach, waterfalls etc. do not exhibit this unique periodic function of a blade pass frequency, and harmonics of that frequency, that permits one to simply use the narrowband infrasound analysis to identify the operation of a turbine.

Many residents report unexplained disturbance or impacts when they are unable to hear the turbines but can identify the operation of the turbines by way of what they sense; that led me to undertake the latest research by creating inaudible wind turbine noise as recorded inside houses and then subjecting people to that noise.

As an acoustic engineer with years of investigating industrial noise complaints and complaints from the community concerning, in particular music from licensed premises, the important thing in considering impacts from any noise source is listening to the complaints, conducting measurements and observations with an open mind and then seeing if there is any relationship between those three inputs in addressing the problem.

That is the approach that I adopted in trying to understand what were the complaints from residents associated with wind turbines when on my first experience the noise was extremely low, could not be detected inside the dwelling and I didn’t understand why the residents would be so vocal and genuinely distressed from the turbines.

Now I am summarizing in a relatively short space of time the result of four years of research work into what constitutes the acoustic signal from wind turbines and investigating the limitations in producing such signals. This work has been the subject of 14 papers presented to the Wind Turbine Working Group of the Acoustical Society of America. It has been a long and frustrating process to identify how to reproduce the original signal in a laboratory (and more importantly what doesn’t work) that has questioned and debated what is the actual acoustic signature associated with turbines, and are we correctly measuring those signals?

Chapters 9 and 10 of the Cape Bridgewater report identified by way of the specific on-off testing of the entire wind farm the unique signature that is associated with wind turbines, and I understand that is the first time that multiple simultaneous measurements repeated on a number of occasions with turning off entirely a wind farm that this material has been obtained. A stopped wind turbine/wind farm generally still has equipment operating inside the turbines such as pumps and fans et cetera operating that in turn can radiate noise from the turbine tower and effect the “off” results, which was the case under the EPA Waterloo study.

Q. What triggers are there for sensitive or sensitized persons? Do you plan more research on specifics of these (possibly PTSD impacts)?

A. I am just a noise engineer and therefore not qualified to answer that question in terms of how the body responds to different acoustic stimuli.

What we have found is that we can present to people inaudible wind turbine noise and get a reaction whilst we can provide inaudible road traffic noise or wind noise similar levels or for that matter constant tones and not get any reaction.

We were investigating noise complaints associated with an underground coal mine that has a very large ventilation exhaust fan with an operating speed well down in the infrasound region and was subject to some level of pulsation. In an audible sense that a kilometer from the discharge point one could hear a low frequency noise around 120 Hz that over a very slow rate the amplitude of that noise would vary.

When the family that was the subject of the investigations attended our laboratory, and was exposed to a constant level and 120 Hz (pure tone) at about 50 dB there were no issues. That level of sound is clearly audible. However, when we sought to turn the volume control up and down on a repeated basis the residents noticed a difference. As we slowed the rate of turning the volume control up-and-down the sound became more disturbing, and when we attained a rate of about two seconds, the family felt very uncomfortable and left the test room.

This material was reported to the Wind Turbine Working Group at the Salt Lake meeting in May 2016 together with a movie concept that we had developed showing the variation in amplitude and frequency of the original source signal to have the acousticians immediately recognizing relationships to motion sickness.

Normally people look at the physical movement of the body in terms of vibration as to motion sickness but there was no physical movement of the body but simply a pressure wave to the body and the head which is one issue that raises the question of trigger that you have expressed.

In the Wind Turbine Working Group meeting in Hawaii in December 2016 I raise the issue of the startle reflex, and whether one needed to consider the holistic effect of noise vibration and tactile perception which could incorporate the entire body.

We found that residents in proximity of a coal-fired power station (15 – 30 km) experienced significant sleep disturbance when the power station was operating at low fire rates, in a run up or run down when they obtained about a 25% capacity, or if the two turbines when operating the maximum capacity had a difference of about 10 MW.  Examination of the signatures during that time indicated that the 50 Hz mains frequency was subject to variation and an infrasound rate, pulsations.

It would seem that my work has shown that inaudible pulsating noise can create impacts. As such it would appear that I have provided some validation of a hypothesis provided by Dr. Nina Pierpont in 2009.

“Wind Turbine Syndrome, I propose, is mediated by the vestibular system—by disturbed sensory input to eyes, inner ears, and stretch and pressure receptors in a variety of body locations. These feed back neurologically onto a person’s sense of position and motion in space, which is in turn connected in multiple ways to brain functions as disparate as spatial memory and anxiety. Several lines of evidence suggest that the amplitude (power or intensity) of low frequency noise and vibration needed to create these effects may be even lower than the auditory threshold at the same low frequencies. Re-stating this, it appears that even low frequency noise or vibration too weak to hear can still stimulate the human vestibular system, opening the door for the symptoms I call Wind Turbine Syndrome.” Pierpont 2009

In 2012, from my initial analysis and investigations of complaints in relation to wind facilities, I was of the view that we needed to identify the acoustic signature associated with operational wind turbines, and only when that signature had been identified and able to be reproduced, could you then move to the next stage, which would allow the medical investigations into wind turbine noise.

The problem that existed in 2012 was that there be no medical studies to identify the impacts of wind turbine noise (a common statement from the wind industry). However, there is equally the same position that there are no medical studies to identify that there are no impacts from wind turbine noise.

On a statistical basis whilst adverse impacts attributed to wind turbines represent a small proportion of the community, the proportion of the community affected is more than a background proportion and indicates that there is a statistical anomaly that supports a problem.

For the people who are adversely affected by wind turbines to the extent that it affects their daily lives and in extreme cases causes them to abandon their homes, it is clearly a problem.  If one restricts the catchment area for a community to be within 10 km of a wind farm (and not as in some studies, consider the community out to 100 km away), then on the restricted catchment area on a statistical basis there is a high proportion of the community being affected.

Where do we go from here? It seems we have a facility that can faithfully reproduce various acoustic signals across the audible frequency range and in a limited capacity we can reproduce infrasound levels in a test environment. We are presently exploring better quality digital to analog converters to overcome some technical limitations.

With our recent pilot study results if funding can be provided we would seek to rerun the study but with say 50 test subjects who are being sensitized to wind turbine noise but at the same time we would have appropriately qualified people undertake medical monitoring of the test subjects including EEG monitoring. We would not only just examine wind turbine noise, but we would compare the general environmental noise (also inaudible) that is often used as a comparison to wind turbine environments.

Q. Why are some persons near projects impacted, and others less so? Is it possible that some are impacted without knowing it long term? If so, what might those health impacts be?

A. In 2015 I presented a paper to the Wind Turbine Working Group of the Acoustical Society of America where I raised the matter of ‘sensitization over time.’

Over the last six years I have attended various wind farms on a number of occasions as part of my research work an investigation into wind turbine noise. I have met residents and have stayed at their houses several times over the years; it seems to me as a general observation that the people become more sensitized to the operation the turbines in that they are able to detect the operations at a lower level than previously, and that in the number of households more members of the household have been able to detect sensations or were being impacted by the turbines than on previous site visits.

The residents report a greater sleep disturbance over time and more people have had to abandon their homes.

For some people when abandoning their homes and residing at other locations there is an improvement in their overall demeanor and well-being and from my observations their conversation appears to be more normal and not exhibiting (to me) signs of depression.

However, for some people there are still lingering issues of impacts and the degree of sensitization that has developed has become affected by other “normal” noise sources such as traffic.

At the New Orleans Wind Turbine Working Group meeting Melissa Ware (who has a hearing impairment and was one of the participants in the Cape Bridgewater study) presented how she has been impacted because of the turbines.

Figure 4.3 of the WHO 2009 European night-time guidelines identifies how ongoing noise disturbance can lead to health impacts and sites cardiovascular disease as one possible outcome.  The WHO discussion in Chapter 4 in relation to health impacts, primarily related to road traffic and aircraft noise, should be placed in the context of the suggested dose response curves to indicate impacts from wind turbine noise occurs at lower thresholds than that of Road Traffic or Aircraft Noise.

Q. You have testified in many instances, in various countries, about these findings, and the very real and verified impacts on “victims.”  Have these testimonies had impact on policy changes?

A. The wind industry relies upon compliance with guidelines or criteria issued by regulatory authorities.

In many cases the court relies upon guidelines or criteria issued by regulatory authorities, despite hearing evidence from residents as to the extent of disturbance they experience because of operating wind turbines.

In the end the court or tribunal uses the escape clause that it is not for them to set guidelines or criteria, but it is the regulatory authorities responsibility and therefore they must abide by that criteria.

So, to date there have been no policy changes as a result of my investigations or the many “victims’” impact statements to Courts and Tribunals. The escape clause is the published guidelines and standards.

When one examines the guidelines or standards used in Australia for wind turbines, it becomes obvious that there is no scientific basis to identify the noise targets proposed for wind farm facilities with respect to an acceptable level of noise that will not give rise to disturbance or unacceptable impacts for residents.

This fact is obvious because there are no scientific studies into determining the dose-response curve to identify the level of annoyance that would satisfy 90% of the population or to identify the level of noise from wind turbines that would not give rise to sleep disturbance.

The regulatory authorities are the ones who should be accountable to the community for permitting adverse impacts and in turn health impacts.

Policy change in terms of guidelines and standards for wind turbines in Australia, or in America, will simply not occur if left to the regulatory authorities. For example, the community of Waterloo in South Australia have publicly expressed no confidence in the South Australian EPA who steadfastly support their guidelines as being appropriate, without providing any material to support the basis of those guidelines other than simply referring to WHO guidelines (based upon road and air traffic).

With the mounting evidence of the negative impacts created by wind turbines, and if one can get to the point of the medical studies to confirm the actual impacts, then one could expect damages claims against the regulatory authorities for their lack of scientific rigor and failure to apply the precautionary principle.

In late last year, the Administrative Appeals Tribunal (a federal Judicial body) in relation to the charity status of the Waubra Foundation, was presented with a significant degree of evidence in relation to wind turbines creating adverse impacts on the community and the inadequacy of current guidelines to protect the community.

The Waubra Foundation has assisted members of the community in seeking to understand the ramifications of wind turbines and to be in effect the first point of contact to obtain information or advice in relation to wind turbines.

The foundation lost its charity status, but it is of huge significance that the Administrative Appeals Tribunal clearly stated that dBA was useless. The AAT found that the operation of wind turbines did generate both audible and in audible sound, did create an impact on the community that gave rise to disturbance and that more research (to that proposed and supported by the Waubra Foundation) should be undertaken.

The week following the AAT decision, five papers from Australians were presented to the ASA Wind Turbine Working Group, of which the first paper was my recent one concerning the pilot study of inaudible wind turbine noise being detected by residents who are sensitized to wind turbine noise.

Q. In your response to the previous question you referred to the need for appropriate criteria for wind turbines and noted that there are ‘no criteria based upon wind turbine studies.’  Some people say the Health Canada study provided that information. What is your view of that study?

A. I am unable to comment on the socio-acoustics or the medical components of the study, but understand there has been significant criticism of the Health Canada study by persons appropriately qualified in those areas. Master Resource has published some of those; other criticisms are listed here.

The authors of the Health Canada study identified that it was only the site specific and should not be used as generic conclusions.

The study had limitations on the age of people involved in the study and left out houses that were vacant. Community representatives have identified that a high proportion of the vacant houses related to people who had left the area (abandoned their homes) because of the wind turbines.

The ASA Wind Turbine Working Group (Acoustical Society of America) was advised in the middle of last year that there would be an investigation undertaken by Health Canada in conjunction with the community to look at the people who are sensitized to wind turbines and/or who had abandoned their homes, but that material has not been published.

The determination of the actual noise from wind turbines when utilizing the dB(A) or the dB(C) parameter is difficult in the real-world environment, which is the position that we found in the Cape Bridgewater study.

A problem with the Health Canada study is the lack of actual acoustic or measurements to relate to the community response material in that the study relied upon predicted noise levels and not actual noise levels. As such the Health Canada study did not (and could not) provide any validation of the predicted levels versus the actual wind turbine noise levels.

The analysis to show a constant 15 dB difference between dB(A) and dB(C) is simply from a mathematical analysis of distance attenuation using a constant spectrum without any adjustment for excess attenuation over distance due to atmospheric absorption and this can only relate to a theoretical exercise for external noise. Due to the attenuation characteristics of different building envelopes, the internal noise level from wind turbines cannot be simply extrapolated from an external noise level, and this is an issue of concern.

The interpretation of annoyance excessive to background levels as published by the principal author of the Health Canada study, simply defies logic as to what it means and ends up contradicting other acoustic components of the study.

Some of the ambient noise levels that have been provided in the Health Canada study seen to be extraordinarily high if one is considering a rural environment. Yet there is no information to identify the nature of the acoustic environment and the influence of agricultural activities or traffic noise that may have required some of those data points to be removed.

The study appeared to be constructed around existing general acoustic criteria and other than some excellent work in terms of infrasound monitoring (then reported upon by others), there does not appear to have been an attempt to undertake a lateral thinking approach in looking at other indices or issues that may be giving rise to the reported disturbances.

Q. It seems that the primary complaint that first occurs with wind turbines is sleep disturbance.  The WHO 2009 European Night Time Guidelines show in Figure 4.3 that on-going sleep disturbance becomes a health impact. The WHO reports that some of these, by no means the exhaustive list, are attributable to poor sleep patterns, often a result of environmental noise: fatigue, lack of ability to concentrate, memory impairment, lack of energy, proneness to errors or accidents, tension, social or vocational dysfunction, headaches, and gastrointestinal symptoms related to worry about sleep.

In your opinion is sleep disturbance from wind turbines a relevant matter that should be investigated?

A. Most definitely YES.

If we have guidelines or standards that claim they have criteria to protect against sleep disturbance or identify the sleep disturbance is an adverse impact, or criteria that purport to protect the amenity of the surrounding community from adverse noise impacts then surely there must be some data to substantiate the criteria that have been nominated for wind turbines.

However, I have yet to see any material/data that relates to the current capacity of wind turbines being installed around the world. A few papers related to studies at the beginning of this century in Sweden and the Netherlands on relatively small wind turbines, indicated dose response curves significantly lower than that applicable to road traffic noise (in urban areas) or aircraft noise.

Wind turbines are generally located in rural areas then the acoustic environment of rural areas, and therefore the identification of the acoustic amenity that residents in those areas experience must be different to that in an urban environment.

From my investigations and examination of various studies into wind turbine noise, it seems to me that the following questions need to be answered by the Regulatory Authorities in relation to the criteria that those authorities have issued to permit wind turbines to operate in proximity to residential receivers. It does not hurt to repeat these, if some have not understood the basic nature of these requests for sources and studies.

  1. Please provide studies upon which the wind turbine/farm criteria have been developed?

  2. Please identify the noise source(s) that have been used in the studies related to question 1?

  3. Please provide the dose-response data related to wind turbine/farms on which the criteria are based, and the corresponding level that represents 10% of the population that is highly affected?

  4. The most common complaint from residents relates to sleep disturbance. Please provide the studies of wind farm noise that identifies the noise (in any relevant acoustic index) that gives rise to sleep disturbance?

  5. Please provide studies of wind farm noise that identify the noise level (in any relevant acoustic index) that will not give rise to sleep disturbance.

  6. Please provide studies of wind farm noise that identifies the noise level that would protect the acoustic amenity of residents in proximity to wind farms.

  7. In light of the above, please identify who would be liable (in a damages claim) for the consequences of adverse impacts.

I came up with the above questions in December 2016 and to date, neither I nor community representatives in Australia have been able to get any response from the regulatory authorities or a Commonwealth Government appointed Wind Farm Commissioner to these.

Those same questions were put to the Administrative Appeals Tribunal, but they were unable to answer those questions simply because the data is not available.

The provision of scientific data to identify the dose-response curve and sleep disturbance criteria in relation to wind turbine noise would then place in context the appropriateness or otherwise of criteria issued by Regulatory Authorities.

—————

We thank Steven Cooper for his detailed and extremely current exploration and overview of wind turbine “noise” and again, his studied reminders of the profound relationship between sleep and health. As Mr. Cooper indicates yet again, let developers or wind promoters provide the dose response curve for sleep disturbance, provide all the data that should be tabled, in full protection of human health, before contemplating building wind factori

_________________________________________________________________________________________________

Sentant mais n'entendant pas: le problème du bruit des éoliennes (Entretien avec l'acousticien Steven Cooper, AU)

Par Sherri Lange - 2 février 2018

E ditor Note: Steven Cooper a avancé notre compréhension de la façon dont les gens réagissent aux pulsations de pression réelles enregistrées par les éoliennes industrielles. Au cours des six derniers mois, il a présenté huit articles à Acoustic Meetings à Zurich, Boston et la Nouvelle-Orléans. Avec cette interview, il décompose certains des points saillants de ses découvertes de recherche. Le travail de Cooper élargit nos connaissances sur les «paysages sonores» à proximité des projets, ce qui pourrait entraîner de nouvelles exigences légales pour les fabricants et les développeurs.

"En général, les applications de parcs éoliens affirment que les turbines ne génèrent aucune caractéristique basse fréquence, tonale ou impulsive, ce qui est contesté par les récepteurs résidentiels. La conséquence du signal de pulsation généré par les turbines (qu'elles soient audibles ou inaudibles) pourrait nécessiter un ajustement supplémentaire de toute perception ou impact généré par les éoliennes. "

«En discutant des observations du résident (avec les résidents) pendant les deux premières semaines, j'ai trouvé que l'utilisation de la description des impacts en termes de bruit, de vibration et de sensation était acceptée par les résidents comme un meilleur concept.

- Stephen Cooper (ci-dessous)


Q Paul Gipe de retour dans son traité de 1995 ( Wind Power Comes of Age , p. 371-373): «À côté de l'impact esthétique, aucun aspect de l'énergie éolienne ne crée plus d'inquiétude ou de débat que le bruit. "Toutes les éoliennes créent un son indésirable" et ce son peut se propager sur de grandes distances. Compte tenu de cela, pourquoi, vingt ans plus tard, la pollution sonore et les effets sur la santé entrent-ils dans le courant dominant?

Tonnelier:

D'abord, un peu de contexte. Le son nous entoure à moins que nous ne soyons dans le vide. Le bruit est défini comme un son indésirable et a été utilisé comme un descripteur par les acousticiens et les autorités depuis plus de 50 ans.

La «pollution sonore» peut être considérée comme un concept global de bruit qui affecte les gens à divers degrés, le concept de pollution sonore étant exprimé à la fin des années 1980, peut-être plus comme une question secondaire au concept commun de pollution de l'air.

Le bruit excessif ou le bruit qui peut avoir un impact sur la santé d'une personne est bien connu depuis plus de 60 ans par le bruit au travail, des normes pertinentes étant publiées pour les niveaux de bruit dans un environnement de travail.

Avec de nouvelles investigations, les critères de bruit applicables au bruit professionnel ont été modifiés pour le bruit général en usine puis élargis pour différents types de bruits qui ne correspondent pas aux bruits quotidiens et ont des impacts différents sur l'ouïe, à savoir le bruit impulsif associé au martelage d'acier, d'explosions ou de tirs de fusils.

En ce qui concerne la pollution sonore générale (en termes de bruit), la question des effets sur la santé associés au bruit du trafic routier, au bruit du trafic ferroviaire et au bruit des avions est entrée en vigueur avant l'extrait de 1995 que vous avez cité. Le concept général pour déterminer les limites de bruit appropriées pour ces types de bruit implique des enquêtes communautaires et des études socio-acoustiques pour dériver une courbe dose-réponse où une limite de bruit a été fixée pour garantir que 90% de la population degré de bruit (par rapport à l'ennui) pendant 90% du temps.

En ce qui concerne le bruit des éoliennes, au milieu des années 1990, la fourniture d'éoliennes dans les collectivités rurales a été mise en évidence en ce qui concerne le bruit indésirable. Il est clair que le bruit généré par de telles turbines était totalement différent de celui de l'environnement existant. Tandis que les personnes se trouvant à proximité des éoliennes ont identifié des nuisances et des troubles du sommeil dans l'acoustique générale, le nombre de personnes ainsi affectées représente une faible proportion de la population totale et ne justifie donc pas d'études socio-acoustiques.

Si, de manière générale, l'impact des éoliennes est limité à une petite zone autour d'un parc éolien (par rapport à la superficie totale d'un comté régional ou de l'État), les autorités environnementales ne considèrent pas qu'il s'agit d'un problème important. .

Les données relatives à la réaction de la communauté aux éoliennes en Suède et aux Pays-Bas ont identifié une courbe dose-réponse significativement plus faible que celle du bruit routier, ferroviaire ou aérien et ont suggéré que les limites appropriées pour les éoliennes devraient être nettement inférieures. Cependant, ce travail lié à des turbines relativement petites et une augmentation de la capacité des turbines à celles qui existent aujourd'hui se traduit par un niveau plus élevé de bruit émis par les turbines.

Les autorités environnementales, encouragées par l'industrie éolienne, utilisent des critères de bruit pour les turbines basées sur le bruit de la circulation routière, bien que les deux bruits ne soient pas les mêmes.

Les lignes directrices 2009 de l'OMS sur le bruit nocturne en Europe indiquent que les perturbations sonores permanentes, en particulier en ce qui concerne les troubles du sommeil, peuvent avoir des répercussions sur la santé. Il est nécessaire de noter que la plupart des données sur le bruit contenues dans les lignes directrices de 2009 concernent le bruit de la circulation routière dans les zones urbaines. Il n'y a aucune donnée contenue dans l'étude liée aux éoliennes.

Les différentes directives de l'OMS qui ont été publiées identifient où un bruit contient une composante basse fréquence dominante, puis une pénalité supplémentaire doit être ajoutée à tous les critères d'évaluation. De même, si un bruit contient une caractéristique impulsive, une pénalité supplémentaire devrait s'appliquer.

En général, les applications de parcs éoliens affirment que les turbines ne génèrent aucune caractéristique basse fréquence, tonale ou impulsive, ce qui est contesté par les récepteurs résidentiels.

La conséquence du signal pulsatoire généré par les turbines (qu'elles soient audibles ou inaudibles) pourrait nécessiter un ajustement supplémentaire de toute perception ou impact généré par les éoliennes.

En général, les critères de bruit spécifiés pour les installations éoliennes sont liés aux niveaux de bruit externes et non aux niveaux de bruit interne. Le spectre du bruit des éoliennes peut souvent être masqué par des sources de bruit externes à un emplacement externe. Mais lorsqu'elle est évaluée à l'intérieur de l'habitation, la réduction du son fournie par l'enveloppe du bâtiment réduit considérablement les composantes haute fréquence du bruit extérieur et du bruit de l'éolienne, entraînant un équilibre spectral totalement différent du son à l'intérieur du logement. caractéristiques audibles de ces turbines plus apparentes.

Q. Depuis combien de temps faites-vous des recherches sur le bruit, les vibrations, le bruit, les ILFN (Infra et Low Frequency Noise), et maintenant, les pulsations de pression du vent industriel? Comment vous êtes-vous intéressé à cela?

R. J'ai été ingénieur en acoustique pendant 39 ans et je me suis basé sur les installations industrielles à grande échelle, puis sur le bruit des hélicoptères et des avions. Je suis impliqué dans des applications de développement pour différents types de projets et j'ai fourni des témoignages d'experts sur des questions acoustiques, principalement avant la planification des tribunaux.

En 2012, on m'a demandé d'examiner une proposition de parc éolien et j'ai trouvé un manque de preuves sur la base des critères acoustiques proposés. Le niveau de perturbation signalé par les résidents à proximité des parcs éoliens existants contredit le matériel acoustique à l'appui de l'application.

Sur la base des enquêtes précédentes sur les plaintes liées au bruit, il faut prendre en compte les plaintes lors de l'enquête. Cela m'a conduit à demander l'accès à plusieurs résidences à proximité d'un parc éolien opérationnel. Mon assistance et mes mesures ont révélé la présence de niveaux de bruit significativement plus élevés que prévu et une signature unique trouvée par la suite près d'autres parcs éoliens.

Depuis 2012, j'ai été impliqué dans la recherche d'identifier et de quantifier la signature acoustique associée aux éoliennes afin de permettre aux autres d'effectuer les investigations médicales nécessaires.

Q. Vos entrevues et vos études au domicile des personnes touchées à Cape Bridgewater sont révolutionnaires. Pouvez-vous décrire le processus créatif impliqué dans vos découvertes? En quoi cette étude / recherche était-elle si importante?

R. Lors de tests antérieurs au parc éolien de Waterloo, j'ai constaté que les résidents pouvaient identifier les pulsations du parc éolien, même si elles ne pouvaient pas être entendues. C'était quelque chose qu'ils ressentaient plutôt qu'entendu. Le parc éolien a pu être détecté lorsque les fréquences à bande étroite autour de 4 - 5 Hz avaient un niveau de l'ordre de 50 dB (ou plus).

Par la suite, l'exploitant du parc éolien de Cape Bridgewater a entrepris une enquête pour traiter les plaintes des résidents locaux qui ne pouvaient être résolues par la méthode dBA et a eu la liberté de faire des essais pour explorer les concepts que j'avais présentés. les impacts du bruit des éoliennes.

On m'a donné un mémoire pour effectuer des mesures et déterminer certains niveaux de vitesse du vent et de bruit qui correspondaient aux plaintes de certains résidents locaux. La conduite des études médicales en même temps et avoir un groupe de contrôle a été refusée par l'opérateur de parc éolien.

J'ai basé l'étude sur les plaintes et les observations des résidents pour les comparer avec les résultats de mesure. J'ai considéré que la fonction principale était de prendre en compte les observations du résident sans AUCUN avis préconçu.

J'ai pris des mesures à l'intérieur et à l'extérieur des habitations et j'ai eu accès au parc éolien et à toutes les données d'exploitation sur une période de neuf semaines.

Je devais visiter le site toutes les deux semaines pour télécharger des données et rencontrer les résidents (une maison à la fois) pour discuter de l'analyse de la quinzaine précédente et de ce qu'ils avaient rapporté. Nous avons traité les journaux et les données séparément les uns aux autres, puis combiné les résultats pour discussion.

J'ai testé un format de journal basé sur l'étude de l'EPA Waterloo pour voir si je pouvais faire correspondre les résultats. Mais les résidents ne pouvaient pas être d'accord avec les descriptions de bruit.

En discutant des observations du résident (avec les résidents) pendant les deux premières semaines, j'ai trouvé que l'utilisation de la description des impacts en termes de bruit, de vibration et de sensation était acceptée par les résidents comme un meilleur concept.

Le défi que nous avons eu était de trouver un moyen d'identifier une tendance dans les plaintes par rapport à l'exploitation du parc éolien. Je travaille le mieux dans un format visuel et nous avons essayé diverses permutations de suivi graphique des résultats par rapport aux niveaux dBA, la puissance du parc éolien et la vitesse et la direction du vent.

Au départ, j'ai trouvé une tendance par rapport aux changements dans la production de puissance des parcs éoliens, car les résidents ne faisaient état que des changements qu'ils percevaient. J'ai changé le rapport à 1 ou 2 intervalles horaires.

Sur la base des plaintes, nous avons trouvé certaines vitesses de vent (sorties de puissance) qui ont donné lieu à des plaintes. Le défi consistait alors à trouver les niveaux sonores liés aux plaintes.

dBA ne fonctionne pas. Nous avons trouvé que c'était corrélé avec la vitesse du vent mais pas avec le bruit du parc éolien.

Nous avons ensuite essayé des bandes de 1/3 d'octave et divers paramètres acoustiques qui ont été utilisés pour des études de bruit et de fermes éoliennes et toujours aucune tendance.

Ce n'est que lorsque nous avons essayé les plaintes par rapport à la signature infrasons à bande étroite que nous avons trouvé une tendance. Et la sensation est ressortie comme l'impact majeur.

Nous avons essayé de tracer le plus haut niveau de sensation (lorsque les résidents ont effectivement quitté leurs propriétés ou voulu partir) et trouvé des schémas de perturbation liés à la puissance de sortie des turbines qui tentaient de démarrer, lorsque les vents étaient élevés. Dépower la turbine ou les changements dans la puissance de sortie (haut ou bas) de plus de 10%.

J'ai également noté des vibrations intermittentes dans le plancher de la maison 88, même pendant la période d'arrêt, liées aux rafales de vent. Cela a conduit à des mesures de vibrations sur certaines turbines et dans le sol sur le parc éolien et les résidences. Nous avons depuis utilisé les données de Cape Bridgewater pour d'autres tests et recherches.

Q. Comment avez-vous convaincu les développeurs de Cape Bridgewater d'éteindre les turbines pour votre étude de contrôle / à l'aveugle?

R. Ils essayaient d'effectuer les tests avant ou après l'arrêt prévu. L'arrêt devait faciliter le câblage haute tension à la sous-station et se dérouler sur dix jours avec le parc éolien fonctionnant la nuit. Je les ai convaincus que faire des essais pendant la fermeture serait un élément essentiel de la satisfaction du dossier, car nous pouvions voir s'il y avait des plaintes sans les éoliennes - et obtenir les vrais niveaux de bruit ambiant sans aucune énergie pour les turbines.

Il est devenu une partie essentielle de l'étude en ce qu'il montre clairement la signature acoustique différente avec et sans les turbines en fonctionnement, que l'environnement naturel n'avait pas une signature infrasonore discrète et que les rafales de vent excitaient les résonances des turbines, tant en termes de bruit et vibration du sol.

Q. Quels documents récents avez-vous présentés, où et à propos de quoi? Nous comprenons que vous changez le langage autour des effets du «bruit» et des éoliennes, possiblement avec la compréhension éventuelle des législateurs et des décideurs.

R. L'étude de Cape Bridgewater a révélé que d'autres études étaient nécessaires étant donné que la portée de l'étude était limitée par l'exploitant de parc éolien et, en tant que telle, a été appelée étude pilote.

Le Dr Paul Schomer m'a invité à faire partie du groupe de travail de l'Acoustical Society of America sur les éoliennes pour discuter d'autres études sur le bruit des éoliennes. Le groupe a eu des sessions lors des six dernières réunions de l'ASA avec l'opportunité de présenter des articles sur le sujet. J'ai maintenant donné 14 articles sur mes recherches en cours sur le bruit des éoliennes.

Sur le plan technique, nous avons développé une présentation graphique (un film) pour montrer la variation de la signature acoustique qui véhicule un certain nombre de concepts dans les variations de temps et de fréquence du signal. J'ai soulevé la question de la vitesse d'échantillonnage et de l'erreur dans l'utilisation d'une simulation numérique plutôt que dans les enregistrements originaux des fichiers d'ondes.

L'utilisation d'un équivalent numérique d'une analyse à bande étroite moyenne dans le temps d'un signal d'éolienne n'est pas la même. Tout en ayant la même teneur en énergie si elle est utilisée pour des essais subjectifs, elle est radicalement différente de celle identifiée dans l'Annexe D de la norme ANSI S12.9-2016 / Partie 7; mais cela semble être commodément ignoré par certaines personnes.

L'utilisation de signaux équivalents d'énergie numérisée inaudibles limités à des infrasons ne peut que conduire à la conclusion que rien n'est détecté. Ou, en utilisant une tonalité inaudible à 4 ou 9 Hz et en disant qu'il s'agit d'infrasons d'éoliennes, est complètement faux.

Nous avons modifié notre chambre de réverbération pour étudier le seuil de perception par rapport au seuil d'audition dans la région infrasonore. Les écouteurs ne fonctionnent pas de la même manière que l'immersion du corps dans le champ sonore. Nous avons étudié la reproduction de l'éolienne pour signaler les sons normaux et les infrasons dans notre chambre avec un grand déflecteur de haut-parleurs pour trouver les limites de la reproduction du signal.

C'est là que le problème de la sensation entre en jeu. Si les résidents ne peuvent pas entendre les turbines, ils peuvent les sentir, alors le mantra Leventhall de «ce que vous ne pouvez pas entendre ne peut pas vous blesser» est incorrect.

Comme dans de nombreux cas, les résidents peuvent percevoir le fonctionnement des turbines même s'ils ne peuvent les entendre, nous avons d'abord travaillé sur le seuil de perception des infrasons par rapport au seuil d'audition dans l'une de nos chambres d'essai. La perception se produit au-dessous du seuil de l'audition et a un effet d'hystérésis en ce sens que les seuils sont différents lorsque les niveaux sont augmentés (de l'inaudibilité) par rapport à la baisse.

J'ai questionné ce qui constitue la signature acoustique ou le mécanisme qui donne la signature infrasonore. La précision de l'analyse et si les turbines génèrent des infrasons et des ondes sonores (comme celle d'un diapason), ou s'il y avait une pulsation du son survenant à un taux infrasonore basé sur la fréquence de passage de la lame. C'est le nombre de fois qu'une lame passe un point fixe (disons la tour). Pour une turbine à trois pales fonctionnant à 17 tr / min, cela donne 3 X 17 = 51 fois par minute ou 51/60 = 0,85 Hz.

Il y a eu une série d'articles sur ce sujet et la capacité de reproduire avec précision le signal dans un laboratoire.

Nous avons trouvé qu'il y a des problèmes avec les mathématiques de l'analyse car les signaux ne sont pas des ondes sinusoïdales, mais des impulsions dont le niveau varie dans le temps en raison des différentes charges sur les turbines et de l'interaction des turbines multipolaires.

Nous avons identifié plusieurs chercheurs qui ont utilisé des signaux infrasonores numérisés, prétendant qu'ils sont des infrasons réels d'éoliennes, pour aboutir à la conclusion d'un effet nocebo. Nous avons essayé cette approche et quand on augmente le gain pour être audible et / ou accélérer les signaux dans la gamme audio, ils ont l'air totalement différents. Pourquoi ne pas utiliser les fichiers wave enregistrés? Pourquoi passer par un processus de conversion du signal en un signal numérique modifié qui n'est pas le même?

Nous avons examiné l'évaluation subjective du bruit des éoliennes et la question de la modulation d'amplitude. Nous avons trouvé une modulation audible et inaudible et que l'utilisation de l'imagerie stéréo pour donner (dans tous les cas) une préférence écrasante par sujet de test par rapport à un signal mono. Ce résultat est évident si vous allez écouter des éoliennes. Cependant, il existe des articles sur l'évaluation subjective des éoliennes basés sur des signaux mono. Les articles présentés au cours des 12 derniers mois ont mis l'accent sur ces problèmes et sur l'exactitude de la reproduction du signal d'essai à partir des fichiers d'ondes enregistrés sur place.

La question de la perception du bruit des éoliennes inaudibles a été étudiée pour le premier article présenté à la Nouvelle-Orléans le mois dernier. Il semble que personne d'autre n'ait entrepris un tel exercice et nous avons pu montrer que des personnes sensibilisées au bruit des éoliennes pouvaient identifier le fonctionnement du signal d'essai même s'il était totalement inaudible.

Q. Le "sentir mais ne pas entendre" peut être oblique pour certains. Pouvez-vous expliquer le processus et les effets sur l'ensemble de la personne, à partir des pulsations de pression uniques des éoliennes industrielles?

R. En 2013, la surveillance du parc éolien de Waterloo dans un certain nombre de maisons a permis de constater que les résidents pouvaient identifier le fonctionnement des éoliennes à certains moments et pas à d'autres. Je ne pouvais pas entendre les turbines, mais en regardant le spectre de fréquence à bande étroite couvrant la région infrasonore, l'analyseur montrait des fréquences discrètes associées à la fréquence de passage de la lame (le nombre de fois qu'une pale de turbine passait en position fixe). de cette fréquence.

J'ai observé que lorsque les niveaux des fréquences autour de 4 à 5 Hz dépassaient 50 dB, il y avait une très bonne corrélation avec la perception du fonctionnement des turbines. Cependant, de tels niveaux de bruit à ces fréquences sont jugés inaudibles.

Ce que j'ai demandé aux résidents, alors que j'effectuais des mesures, consistait simplement à utiliser leur main pour identifier les pulsations qu'ils pouvaient détecter de telle sorte que la main bougeait au rythme de ces pulsations.

Cela a conduit à la notion de sensation et à la communication avec des collègues en Amérique quant aux limites dans lesquelles la perception de l'opération des turbines a conduit à la redécouverte du travail en 1980 par le Dr Kelley.

Quand j'ai essayé le concept de journal pour les résidents de Cape Bridgewater, j'ai utilisé le format de journal de l'EPA sud australienne de l'étude de Waterloo pour constater que les résidents ne comprenaient pas ou ne comprenaient pas complètement le journal parce que les descriptions du bruit ne satisfaisaient pas nécessairement les résidents. détectaient. J'ai alors suggéré le concept de quelque chose qu'ils ont senti plutôt qu'entendu ou senti par la vibration tactile comme un autre descripteur qui pourrait être utilisé. Cette sensation impliquait une pression dans la tête, dans la gorge, dans la poitrine, une sensation de vertige, une sensation de vertige, un picotement dans les jambes, une sensation quelconque qui ne pouvait pas être expliquée par quelque chose qu'ils entendaient ou une vibration .

(Notre note: Voir ici pour un article précédent à MR concernant les conclusions de Cape Bridgewater.)

Tous les résidents impliqués dans l'étude de Cape Bridgewater ont convenu que le concept de sensation était plus approprié pour décrire ce qu'ils vivaient, et que, dans de nombreux cas, ils se plaignaient d'effets de bruit incorrects et d'une description erronée.

En décrivant le concept de sensation à d'autres personnes qui sont exposées au bruit des éoliennes, j'ai reçu la confirmation que, oui, la sensation est le mécanisme approprié pour décrire ce qu'ils vivent.

Comme décrit précédemment, le fonctionnement d'une turbine génère des impulsions à la fréquence de passage de la lame. Étant donné qu'il existe différentes vitesses de vent à différentes altitudes au-dessus du sol, le différentiel de pression entre les lames en haut du chemin balayé est différent de celui du bas. En conséquence, le long de la lame, on peut imaginer la vitesse du vent et la différence de pression sur toute la longueur de la lame variera lorsque la lame tourne.

Par exemple, pour une turbine à trois pales fonctionnant à 17 tours par minute, pour tout point fixe sur la circonférence du trajet de sueur des pales, il y aura 3 x 17 = 51 passages par minute. Parce que les acousticiens travaillent en Hertz ou en cycles par seconde, la fréquence de passage de la lame est de 51/60 = 0,85 Hz.

Comme la fréquence est l'inverse de la synchronisation entre les impulsions, une fréquence de passage de la lame de 0,85 Hz signifie qu'il y a une impulsion toutes les 1,77 secondes.

Il suffit d'écouter des turbines opérationnelles pour observer que la nature des émissions acoustiques générées par les turbines n'est pas celle d'un bruit constant. On peut entendre le modèle régulier du bruit de swish qui se produit à la fréquence de passage de lame.

Passer un certain temps à une turbine et il devient évident que le bruit global varie de haut en bas dans son niveau en raison des différentes vitesses du vent. Le caractère du bruit peut varier en quelques minutes en raison d'une variation significative du niveau du bruit (l'amplitude) lorsque cette variation change au rythme de la fréquence de passage de la lame.

Si vous examinez le spectre de fréquence, vous constaterez que les variations de l'amplitude et des pulsations affectent toutes les fréquences de la plage audible et se situent en dessous du seuil d'audition nominal, ce qui signifie qu'il y a des signaux pulsatoires inaudibles.

L'environnement naturel où il y a des signaux de basse fréquence et d'infrasons générés par le vent, les vagues sur la plage, les cascades etc. ne présentent pas cette fonction périodique unique de fréquence de défilement de la lame, ni d'harmoniques de cette fréquence. analyse des infrasons à bande étroite pour identifier le fonctionnement d'une turbine.

De nombreux résidents signalent des perturbations ou des impacts inexpliqués lorsqu'ils sont incapables d'entendre les turbines, mais peuvent identifier le fonctionnement des turbines en fonction de ce qu'ils ressentent; cela m'a conduit à entreprendre les dernières recherches en créant un bruit inaudible des éoliennes, enregistré à l'intérieur des maisons, puis en soumettant les gens à ce bruit.

En tant qu'ingénieur acoustique ayant étudié pendant des années les plaintes de bruit industriel et les plaintes de la communauté concernant, notamment, la musique des lieux autorisés, l'important est d'écouter les plaintes, de faire des mesures et des observations avec un esprit ouvert et puis voir s'il y a une relation entre ces trois entrées pour résoudre le problème.

C'est l'approche que j'ai adoptée pour essayer de comprendre quelles étaient les plaintes des résidents liées aux éoliennes quand, lors de ma première expérience, le bruit était extrêmement faible, ne pouvait pas être détecté à l'intérieur du logement et je ne comprenais pas pourquoi les résidents seraient si vocal et vraiment en détresse des turbines.

Maintenant, je résume dans un laps de temps relativement court le résultat de quatre années de recherche sur ce qui constitue le signal acoustique des éoliennes et sur les limites de la production de tels signaux. Ce travail a fait l'objet de 14 communications présentées au groupe de travail sur les éoliennes de l'Acoustical Society of America. Ce fut un processus long et frustrant d'identifier comment reproduire le signal original dans un laboratoire (et surtout ce qui ne marche pas) qui a remis en question et débattu de la signature acoustique réelle associée aux turbines, et mesurons-nous correctement signaux?

Les chapitres 9 et 10 du rapport de Cape Bridgewater ont identifié, au moyen des essais ponctuels spécifiques de toute la ferme éolienne, la signature unique associée aux éoliennes. Je crois comprendre que c'est la première fois que plusieurs mesures simultanées sont répétées sur un certain nombre. d'occasions avec éteindre entièrement un parc éolien que ce matériel a été obtenu. Une éolienne ou un parc éolien arrêté a généralement des équipements fonctionnant à l'intérieur des turbines comme des pompes et des ventilateurs, ce qui peut à son tour émettre du bruit de la tour de turbine et produire des résultats «off». .

Q. Quels sont les déclencheurs pour les personnes sensibles ou sensibilisées? Prévoyez-vous plus de recherches sur les spécificités de ceux-ci (éventuellement les impacts du SSPT)?

R. Je ne suis qu'un ingénieur du son et je ne suis donc pas qualifié pour répondre à cette question en termes de réponse du corps à différents stimuli acoustiques.

Ce que nous avons trouvé, c'est que nous pouvons présenter aux gens le bruit inaudible des éoliennes et obtenir une réaction alors que nous pouvons fournir un bruit de la route inaudible ou des niveaux de bruit de vent similaires ou d'ailleurs des tons constants et ne pas avoir de réaction.

Nous étudions les plaintes liées au bruit associées à une mine de charbon souterraine qui a un très grand ventilateur d'extraction avec une vitesse de fonctionnement bien descendue dans la région des infrasons et qui était sujet à un certain niveau de pulsation. Dans un sens audible, à un kilomètre du point de décharge, on pouvait entendre un bruit de basse fréquence autour de 120 Hz qui, sur un rythme très lent, varierait l'amplitude de ce bruit.

Lorsque la famille qui a fait l'objet de l'enquête a assisté à notre laboratoire, et a été exposée à un niveau constant et 120 Hz (tonalité pure) à environ 50 dB, il n'y avait pas de problèmes. Ce niveau de son est clairement audible. Cependant, lorsque nous avons cherché à augmenter et diminuer le volume de façon répétée, les résidents ont remarqué une différence. Lorsque nous avons ralenti la vitesse de réglage du volume, le son est devenu plus dérangeant et lorsque nous avons atteint un rythme d'environ deux secondes, la famille s'est sentie très mal à l'aise et a quitté la salle d'examen.

Ce matériel a été rapporté au groupe de travail sur les éoliennes lors de la réunion de Salt Lake en mai 2016, avec un concept de film montrant la variation de l'amplitude et de la fréquence du signal original pour que les acousticiens reconnaissent immédiatement le mal des transports.

Normalement, les gens regardent le mouvement physique du corps en termes de vibration comme le mal des transports mais il n'y avait pas de mouvement physique du corps mais simplement une onde de pression sur le corps et la tête qui est une question qui soulève la question du déclenchement. ont exprimé.

Lors de la réunion du groupe de travail sur les éoliennes à Hawaï en décembre 2016, j'ai soulevé la question du réflexe de sursaut, et si l'on devait considérer l'effet holistique de la vibration du bruit et de la perception tactile qui pourrait englober tout le corps.

Nous avons constaté que les résidents à proximité d'une centrale thermique au charbon (15 à 30 km) subissaient des perturbations importantes du sommeil lorsque la centrale fonctionnait à faible débit, à la montée ou à la descente avec une capacité d'environ 25%, ou si les deux turbines fonctionnant à la capacité maximale présentaient une différence d'environ 10 MW. L'examen des signatures pendant cette période indiquait que la fréquence du réseau à 50 Hz était sujette à variation et à un taux d'infrasons, pulsations.

Il semblerait que mon travail a montré que le bruit pulsatoire inaudible peut créer des impacts. En tant que tel, il semblerait que j'ai fourni une validation d'une hypothèse fournie par le Dr Nina Pierpont en 2009.

"Le syndrome de la turbine à vent, je propose, est médiée par le système vestibulaire - par l'entrée sensorielle perturbée dans les yeux, les oreilles internes, et les récepteurs d'étirement et de pression dans une variété de localisations du corps. Ceux-ci se répercutent neurologiquement sur le sens de la position et du mouvement dans l'espace d'une personne, qui est à son tour connecté de multiples façons aux fonctions cérébrales aussi disparates que la mémoire spatiale et l'anxiété. Plusieurs éléments de preuve suggèrent que l'amplitude (puissance ou intensité) du bruit et des vibrations à basse fréquence nécessaires pour créer ces effets peut être encore plus faible que le seuil auditif aux mêmes basses fréquences. En réitérant cela, il semble que même un bruit de basse fréquence ou une vibration trop faible pour entendre peut encore stimuler le système vestibulaire humain, ouvrant la porte aux symptômes que j'appelle le syndrome des éoliennes. "Pierpont 2009

En 2012, d'après mon analyse initiale et les enquêtes sur les plaintes concernant les installations éoliennes, j'estimais que nous devions identifier la signature acoustique associée aux éoliennes opérationnelles, et seulement lorsque cette signature avait été identifiée et pouvait être reproduite, Peux-tu alors passer à l'étape suivante, qui permettrait de faire des recherches médicales sur le bruit des éoliennes.

Le problème qui existait en 2012 était qu'il n'y avait pas d'études médicales pour identifier les impacts du bruit des éoliennes (une déclaration commune de l'industrie éolienne). Cependant, il y a également la même position selon laquelle il n'y a pas d'études médicales pour identifier qu'il n'y a pas d'impact du bruit des éoliennes.

Sur une base statistique, alors que les impacts négatifs attribués aux éoliennes représentent une petite proportion de la communauté, la proportion de la communauté touchée est plus qu'une proportion de fond et indique qu'il existe une anomalie statistique qui corrobore un problème.

Pour les personnes qui sont touchées par les éoliennes dans la mesure où cela affecte leur vie quotidienne et qui, dans des cas extrêmes, les oblige à abandonner leurs maisons, c'est clairement un problème. Si l'on restreint la zone de chalandise pour qu'une communauté soit à moins de 10 km d'un parc éolien (et non pas comme dans certaines études, on considère la communauté à 100 km), puis sur la zone de chalandise restreinte sur une base statistique il y a proportion de la communauté touchée.

Où allons-nous à partir d'ici? Il semble que nous ayons une installation capable de reproduire fidèlement divers signaux acoustiques dans toute la gamme de fréquences audibles et, dans une capacité limitée, nous pouvons reproduire les niveaux d'infrasons dans un environnement de test. Nous explorons actuellement des convertisseurs numériques-analogiques de meilleure qualité pour surmonter certaines limitations techniques.

Avec nos récents résultats de l'étude pilote si le financement peut être fourni nous chercherions à relancer l'étude mais avec 50 sujets de test qui sont sensibilisés au bruit des éoliennes mais en même temps nous aurions des personnes qualifiées effectuer un suivi médical des sujets de test y compris la surveillance EEG. Nous non seulement juste d'examiner le bruit de l'éolienne, mais nous comparions le bruit environnemental général (également inaudible) qui est souvent utilisé comme une comparaison au vent des environnements de turbine.

Q. Pourquoi certaines personnes près de projets touchés, et d' autres moins? Est - il possible que certains sont touchés sans le savoir à long terme? Si oui, quelles pourraient être ces impacts sur la santé soit?

A. En 2015 , j'ai présenté un document à l'éolienne Groupe de travail de la Acoustical Society of America où j'ai soulevé la question de « sensibilisation au fil du temps. »

Au cours des six dernières années, j'ai assisté à plusieurs parcs éoliens à plusieurs reprises dans le cadre de mon travail de recherche d'une enquête sur le bruit de la turbine éolienne. J'ai rencontré les résidents et qui ont séjourné chez eux à plusieurs reprises au fil des ans; il me semble comme une observation générale que les gens deviennent plus sensibilisés à l'exploitation des turbines en ce sens qu'ils sont capables de détecter les opérations à un niveau inférieur que précédemment, et que le nombre de ménages plus membres du ménage ont été en mesure pour détecter les sensations ou qui étaient touchés par les turbines que sur les précédentes visites du site.

Les résidents signaler une perturbation plus de sommeil au fil du temps et plus de gens ont dû abandonner leurs maisons.

Pour certaines personnes, lors de l'abandon de leurs maisons et résidant à d'autres endroits il y a une amélioration dans leur comportement et le bien-être et de mes observations leur conversation semble être plus normale et ne présentant pas (pour moi) des signes de dépression.

Cependant, pour certaines personnes, il y a des problèmes subsistent encore des impacts et le degré de sensibilisation qui a développé est devenu affecté par d'autres « normales » sources de bruit telles que le trafic.

A la Nouvelle - Orléans Éolienne réunion Groupe de travail Melissa Ware (qui a une déficience auditive et a été l' un des participants à l'étude Cape Bridgewater) a présenté la façon dont elle a été touchée en raison des turbines.

Figure 4.3 de l'OMS 2009 des directives européennes de nuit détermine comment les perturbations du bruit en cours peut entraîner des effets sur la santé et les sites de maladies cardio - vasculaires comme l' un des résultats possibles. Le travail de l' OMS dans le chapitre 4 par rapport aux impacts sur la santé, principalement liés à la circulation routière et le bruit des avions, doit être placé dans le contexte des courbes de réponse de dose suggérée pour indiquer les impacts du bruit de l' éolienne se produit à des seuils inférieur à celui de la circulation routière ou bruit des avions.

Q. Vous avez témoigné dans de nombreux cas, dans divers pays, au sujet de ces résultats et les impacts réels et vérifiés sur les « victimes ». Avoir ces témoignages ont eu un impact sur les changements politiques?

A. L'industrie éolienne repose sur le respect des directives ou des critères émis par les autorités réglementaires.

Dans de nombreux cas, la Cour se fonde sur des lignes directrices ou des critères émis par les autorités réglementaires, en dépit de l'audition des preuves des résidents quant à l'ampleur des perturbations qu'ils subissent en raison des éoliennes d'exploitation.

En fin de la cour ou un tribunal utilise la clause de sauvegarde qu'il ne leur appartient pas de définir des lignes directrices ou des critères, mais il est de la responsabilité des autorités de régulation et par conséquent, ils doivent se conformer à ce critère.

Donc, à ce jour il n'y a eu aucun changement de politique à la suite de mes enquêtes ou les nombreuses déclarations d'impact « victimes » aux cours et tribunaux. La clause de sauvegarde est les lignes directrices publiées et normes.

Quand on examine les lignes directrices ou des normes utilisées en Australie pour les éoliennes, il devient évident qu'il n'y a aucune base scientifique pour identifier les cibles de bruit proposées pour les installations de parcs éoliens par rapport à un niveau de bruit acceptable qui ne donnera pas lieu à des perturbations ou inacceptables impacts pour les résidents.

Ce fait est évident parce qu'il n'y a pas d'études scientifiques dans la détermination de la courbe dose-réponse pour identifier le niveau de gêne qui satisferait 90% de la population ou d'identifier le niveau de bruit des éoliennes qui ne seraient pas donner lieu à des troubles du sommeil.

Les autorités de régulation sont ceux qui doivent rendre des comptes à la communauté pour permettre les effets néfastes et impacts sur la santé de tour.

Un changement de politique en matière de lignes directrices et des normes pour les éoliennes en Australie ou en Amérique, se produira tout simplement pas se laisser aux autorités réglementaires. Par exemple, la communauté de Waterloo dans le sud de l'Australie ont exprimé publiquement aucune confiance dans l'APE d'Australie du Sud qui soutiennent fermement leurs directives comme étant appropriées, sans fournir de documents à l'appui de la base de ces directives autres que simplement référence aux directives de l'OMS (sur la base trafic routier et aérien).

Avec les preuves croissantes des impacts négatifs créés par des turbines à vent, et si on peut arriver au point des études médicales pour confirmer les impacts réels, alors on pourrait attendre en dommages et intérêts contre les autorités de régulation pour leur manque de rigueur scientifique et non appliquer le principe de précaution.

À la fin de l' année dernière, le Tribunal des recours administratifs (un organe judiciaire fédéral) par rapport à l'état de la charité de la Fondation Waubra, a été présenté avec un degré significatif de preuves par rapport aux éoliennes créant des effets négatifs sur la communauté et l'insuffisance du courant des lignes directrices pour protéger la communauté.

La Fondation Waubra a aidé les membres de la communauté en cherchant à comprendre les ramifications des éoliennes et d'être en vigueur le premier point de contact pour obtenir des informations ou des conseils par rapport aux éoliennes.

La fondation a perdu son statut de charité, mais il est d'une importance énorme que le Tribunal administratif d' appel a clairement indiqué que dBA était inutile. Le AAT a constaté que le fonctionnement des éoliennes ne génèrent à la fois audible et dans son audible, a créer un impact sur la communauté qui a donné lieu à des perturbations et que plus de recherche (à celle proposée et soutenue par la Fondation Waubra) devrait être entrepris.

La semaine suite à la décision AAT, cinq documents d'Australiens ont été présentés à l'ASA Éolienne Groupe de travail, dont le premier document était mon un récent concernant l'étude pilote du bruit inaudible éolienne détectée par les résidents qui sont sensibilisés au bruit de l'éolienne .

Q. Dans votre réponse à la question précédente , vous avez évoqué la nécessité de critères appropriés pour les turbines à vent et a noté qu'il ya « pas de critères basés sur des études d'éoliennes. » Certaines personnes disent que l'étude de Santé Canada a fourni cette information. Que pensez-vous de cette étude?

A. Je suis incapable de commenter la situation socio-acoustique ou les composants médicaux de l'étude, mais comprendre qu'il a été critique importante de l'étude de Santé Canada par des personnes dûment qualifiées dans ces domaines. Maître des ressources a publié certaines de ces fonctions ; d' autres critiques sont énumérées ici.

Les auteurs de l'étude de Santé Canada ont déterminé qu'il était que le site spécifique et ne doit pas être utilisé comme conclusions génériques.

L'étude avait des limites à l'âge des personnes impliquées dans l'étude et a laissé des maisons qui étaient vacants. Les représentants communautaires ont identifié qu'une forte proportion des maisons vacantes liées à des personnes qui avaient quitté la région (abandonné leur domicile) à cause des éoliennes.

Le Groupe Eolien ASA travail ( Acoustical Society of America ) a été informée au milieu de l' année dernière qu'il y aurait une enquête menée par Santé Canada , en collaboration avec la communauté de regarder les gens qui sont sensibilisés aux éoliennes et / ou qui avaient abandonné leurs maisons, mais que le matériel n'a pas été publié.

La détermination du bruit réel des turbines à vent lors de l'utilisation du dB (A) ou le paramètre dB (C) est difficile dans l'environnement dans le monde réel, ce qui est la position que nous avons trouvé dans l'étude Cape Bridgewater.

Un problème avec l'étude de Santé Canada est le manque d'acoustique réel ou des mesures se rapportent au matériel d'intervention communautaire en ce que l' étude était fondée sur des niveaux de bruit prévus et non les niveaux de bruit réels. A ce titre l'étude de Santé Canada n'a pas (et ne pouvait pas) fournir une validation des niveaux prévus par rapport aux niveaux de bruit de turbine éolienne réelle.

L'analyse pour afficher une 15 dB différence constante entre dB (A) et dB (C) est simplement à partir d'une analyse mathématique de l'atténuation de la distance en utilisant un spectre constant sans aucun réglage de l'atténuation excès par rapport à la distance en raison de l'absorption atmosphérique et cela ne peut se rapporter à un exercice théorique pour le bruit extérieur. En raison des caractéristiques d'atténuation des différentes enveloppes de bâtiment, le niveau de bruit interne des turbines à vent ne peut pas être simplement extrapolées à partir d'un niveau de bruit externe, ce qui est un sujet de préoccupation.

L'interprétation de gêne excessive à des niveaux de fond tel que publié par l'auteur principal de l'étude de Santé Canada, défie tout simplement la logique de ce que cela signifie et finit par contredire les autres composants acoustiques de l'étude.

Certains des niveaux de bruit ambiant qui ont été fournies dans l'étude de Santé Canada est perçu comme extraordinairement élevé si l'on envisage un environnement rural. Pourtant, il n'y a pas d'information pour identifier la nature de l'environnement acoustique et l'influence des activités agricoles ou le bruit du trafic qui peuvent avoir requis certains de ces points de données à supprimer.

L'étude semble être construit autour des critères acoustiques généraux existants et autre que l'excellent travail en matière de surveillance des infrasons (alors rapporté sur par d'autres), il ne semble pas avoir été une tentative d'entreprendre une démarche de pensée latérale à la recherche d'autres indices ou des problèmes qui peuvent être à l'origine des perturbations signalées.

Q. Il semble que la plainte principale qui se produit d' abord avec des turbines à vent est la perturbation du sommeil. L' OMS 2009 Heure European Night Directives montrent à la figure 4.3 que les troubles du sommeil en cours devient un impact sur la santé. L'OMS rapporte que certains d' entre eux, certainement pas la liste exhaustive, sont attribuables aux mauvaises habitudes de sommeil, souvent en raison du bruit ambiant: la fatigue, le manque de capacité à se concentrer, troubles de la mémoire, manque d'énergie, proneness à des erreurs ou des accidents, la tension, la dysfonction sociale ou professionnelle, des maux de tête et les symptômes gastro - intestinaux liés à vous soucier de sommeil.

A votre avis est la perturbation du sommeil des turbines à vent une question pertinente qui devrait être étudiée?

A. Définitivement OUI.

Si nous avons des lignes directrices ou des normes qui prétendent qu'ils ont des critères de protection contre les troubles du sommeil ou d'identifier la perturbation du sommeil est un impact négatif, ou les critères qui visent à protéger l'agrément de la communauté environnante des impacts nocifs du bruit alors sûrement il doit y avoir des données à étayer les critères qui ont été proposés pour les éoliennes.

Cependant, je dois encore voir tout matériel / données qui se rapporte à la capacité actuelle des éoliennes qui sont installées dans le monde. Quelques documents relatifs aux études au début de ce siècle en Suède et aux Pays-Bas sur les turbines à vent relativement faible, ont indiqué des courbes de réponse de dose nettement inférieure à celle applicable au bruit du trafic routier (en milieu urbain) ou le bruit des avions.

Les éoliennes sont généralement situées dans les zones rurales, puis l'environnement acoustique des zones rurales, et donc l'identification de l'équipement acoustique que les résidents dans les zones d'expérience doivent être différente de celle en milieu urbain.

D'après mes recherches et l'examen des diverses études sur le bruit de l'éolienne, il me semble que les questions suivantes doivent répondre par les autorités de réglementation en ce qui concerne les critères que les autorités ont émis pour permettre éoliennes de fonctionner à proximité de récepteurs résidentiels . Il ne fait pas de mal à répéter ces derniers, si certains ont pas compris la nature fondamentale de ces demandes de sources et d'études.

  1. S'il vous plaît fournir des études sur lesquelles les critères éoliennes / agricoles ont été mis au point?

  2. S'il vous plaît identifier la source de bruit (s) qui ont été utilisés dans les études relatives à la question 1?

  3. S'il vous plaît fournir les données dose-réponse liées aux turbines éoliennes / exploitations dont les critères sont basés, et le niveau correspondant qui représente 10% de la population qui est fortement affectée?

  4. La plainte la plus fréquente des résidents concerne troubles du sommeil. S'il vous plaît fournir les études de bruit de parc éolien qui identifie le bruit (dans un indice acoustique pertinent) qui donne lieu à des troubles du sommeil?

  5. S'il vous plaît fournir des études de bruit de parc éolien qui permettent d'identifier le niveau de bruit (dans un indice acoustique pertinent) qui ne donnera pas lieu à des troubles du sommeil.

  6. S'il vous plaît fournir des études de bruit de parc éolien qui identifie le niveau de bruit qui protégerait l'équipement acoustique des résidents à proximité des parcs éoliens.

  7. À la lumière de ce qui précède, s'il vous plaît identifier qui serait responsable (dans une demande d'indemnisation) pour les conséquences des effets néfastes.

Je suis venu avec les questions ci-dessus en Décembre 2016 et à ce jour, ni moi, ni les représentants communautaires en Australie ont été en mesure d'obtenir une réponse des autorités réglementaires ou un gouvernement du Commonwealth nommé Wind Farm Commissaire à ceux-ci.

Ces mêmes questions ont été posées au Tribunal des recours administratifs, mais ils ont été incapables de répondre à ces questions simplement parce que les données ne sont pas disponibles.

La fourniture de données scientifiques pour identifier la courbe dose-réponse et les critères troubles du sommeil par rapport au bruit de la turbine éolienne serait ensuite dans ce contexte le caractère approprié ou non des critères émis par les autorités réglementaires.


1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?