Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube  fed  rdp 

 

 

Échos > 2016 > Les riverains d'éoliennes moins considérés que la viande de boucherie

fr
France


epaw
gbEnglish translation

Les riverains d'éoliennes moins considérés que la viande de boucherie

par Jean-Pierre Riou

 

Une étude polonaise, validée par la communauté scientifique en juillet 2015 (“The Effect of Varying Distances from the Wind Turbine on Meat Quality of Growing-Finishing Pigs”, Karwowska.M. & al,) vient d’établir la corrélation entre la qualité de la viande de porcs et la distance qui les séparait d’éoliennes lors de leur engraissement.

Ces porcs, répartis en 3 groupes, avaient été élevés respectivement aux distances de 50m (Groupe 1), 500m (Groupe 2) et 1000m (Groupe 3) d’éoliennes de 2MW. A l’issue de l’expérience, préalablement approuvée par un comité d’éthique sur l’expérimentation animale, une première constatation s’est imposée : celle d’une moindre prise de poids liée à la proximité des éoliennes.

A partir d’un poids initial de 30 kg, les animaux sont parvenus respectivement à 80 kg pour le groupe 1, 82.5 kg pour le groupe 2 et 90 kg pour le groupe 3. Mais des différences significatives ont également été trouvées sur la composition de leur viande, après abattage, mettant en évidence un lien entre la distance aux éoliennes et le PH (acidité des tissus liée au stress) des muscles du cou, ou l’importance de la glycolyse post mortem. De nombreuses autres corrélations ont également été découvertes, telles que celle de la diminution de la concentration d’acide alfa linoléique avec l’augmentation de la distance aux éoliennes. La littérature suggère, en effet, qu’il participe à la lutte contre le stress. Cette étude conclut sans ambiguïté à une influence néfaste significative du bruit des éoliennes sur la qualité de la viande.

Ce qui n’est d’ailleurs pas faits pour surprendre, puisqu’en 2013, une autre étude polonaise avait établi un lien entre les distances des éoliennes auxquelles des oies avaient été engraissées et leur taux de cortisol (hormone marqueur de stress). ("Preliminary studies on the reaction on growing geese to the proximity of wind turbines"  J.Mikolajczak & al). Stress difficile à imputer, pour ces animaux, à une attitude négative envers les énergies renouvelables, pourtant évoquée lorsqu’il s’agit de riverains.

Ces deux études considèrent à la fois le rôle du bruit audible et celui des infrasons éoliens, dont on connait les effets potentiellement néfastes pour la santé depuis les études de la NASA et du département américain de l’énergie dans les années 1980. Quelle qu’en soit la gamme de fréquence, la modulation d’amplitude (AM.) du bruit éolien y avait déjà été identifiée comme principal critère de stress pour les riverains. (N. D. Kelley, R. R. Hemphill, M. E. McKenna. “A Methodology for Assessment of Wind Turbine Noise Generation”, 1982, p.113).

L’amplitude excessive de cette modulation (EAM) du bruit éolien vient d’être remise sur le devant de la scène par le député de Daventry, Chris Heaton-Harris, lors de sa remise au gouvernement britannique du rapport d’un groupe d’experts indépendants « INWG, Wind Turbine Amplitude Modulation & Planning Control Study, July 2015 » confirmant son rôle prépondérant, lié à la vitesse de rotation des pales et provoquant un « swishing » à chaque passage de celles ci en fin de trajectoire basse.

Ce rapport passe en revue l’abondante littérature scientifique qui établit la réalité des effets néfastes des éoliennes sur le sommeil et la santé. Il évoque le déni constant de la filière industrielle visant à éviter qu’on en mesure les critères majeurs de gêne et les biais employés pour en minimiser la valeur lorsqu’elle est contrainte de le faire. (Work Package 4, p 3, §1.6) Ce rapport semble avoir provoqué un grand émoi outre Manche, dans une presse qui dénonce ces manœuvres et n’hésite pas à établir le parallèle avec le scandale de VW.

Depuis des années, des scientifiques tels que l’épidémiologiste Carl V.Phillips rappellent pourtant le faisceau de présomptions accablantes qui désigne la responsabilité des éoliennes dans les symptômes graves et identiques de milliers de leurs riverains à travers le monde. Carl V. Phillips demande qu’on arrête de jouer sur les mots en matière de preuves scientifiques pour tenter de nier ce problème sanitaire majeur.

En juin 2014, le rapport du ministère de la santé finlandais réclamait un éloignement minimum de 2 km des habitations en concluant : « Les acteurs du développement de l’énergie éolienne devraient comprendre qu’aucun objectif économique ou politique ne doit prévaloir sur le bien-être et la santé des individus ».

En France, le rapport de mars 2008 de l’agence sanitaire française AFSSET n’avait pas retenu la distance de 1500 m préconisée par l’Académie Nationale de Médecine, en considérant notamment que: « Les avantages de la généralisation d’une telle distance, simple à mettre en œuvre, doivent être mis en balance avec le frein au développement qu’elle constitue. » (p 15)

Aujourd’hui, les protections de la biodiversité, des paysages et des monuments historiques volent en éclat pour permettre la multiplication des éoliennes. Il est choquant qu’en Pologne, le « Département de la technologie de la viande et de la qualité des aliments de l’Université des Sciences de la Vie à Lublin » se soit soucié de l’altération de la qualité de la viande de porcs élevés à des distances considérées légales dès lors qu’il s’agit de riverains. Pour permettre de multiplier les éoliennes on continue d’en mesurer le bruit avec des décibels « A », pertinemment reconnus depuis plus de 30 ans comme impropres à l’évaluation de leurs nuisances sonores.

Et on bafoue l’avis de l’Académie de médecine en faisant moins de cas du bien-être et de la santé des riverains que les éleveurs n’en font de la qualité de leur viande de boucherie. Ce n’est pas la face la plus glorieuse de l’écologie.

_____________________________________________________________________________________________

Neibourgs of wind turbines are regarded as less than butcher's meat

A Polish study, validated by the scientific community in July 2015 ( "The Effect of Varying Distances from the Wind Turbines the quality of meat of pigs at fattening and the distance between the wind turbines

 

These pigs, divided into 3 groups, were brought respectively to distances of 50 m (Group 1), 500m (Group 2) and 1000m (Group 3) of 2MW wind turbines. At the end of the experiment, previously approved by an ethics committee on animal experiments, a first finding has emerged: that of a smaller weight gain linked to the proximity of wind turbines.

From an initial weight of 30 kg, the animals reached 80 kg respectively for group 1, 82.5 kg for group 2 and 90 kg for group 3. However, significant differences were also found on the composition of meat after slaughter, highlighting a link between the distance to the wind turbines and the PH (acidity of stress-related tissue) of the neck muscles, or the importance of post mortem glycolysis. Numerous other correlations were also found, such as that of the decrease of the concentration of alpha-linolenic acid with increasing distance to the wind turbines. The literature suggests, in fact, its participation in the fight against stress. This study concludes unambiguously to a significant harmful influence of wind turbine noise on the quality of the meat.

This is not surprising , since in 2013, another Polish study has established a link between the distances of wind turbines from fattened geese and cortisol (stress hormone marker). ("Preliminary studies on the reaction on growing geese to the proximity of wind turbines" J.Mikolajczak & al) . For these animals this Stress is difficult to impute as a negative attitude towards renewable energy, yet mentioned when it comes to local residents

Both studies consider both the role of audible noise and the wind infrasound, which we know has interpreted as potential adverse health effects, from NASA studies and the US Department of Energy in the 1980s. What that either the frequency range, amplitude modulation (AM). wind noise had already been identified as the main criterion of stress for residents. (N. D. Kelley, R. R. Hemphill, Mr. E. McKenna. "A Methodology for Assessment of Wind Turbine Noise Generation", 1982, p.113).

The excessive amplitude of this modulation (EAM) of the wind noise has been put back on the front stage by the Member for Daventry, Chris Heaton-Harris, when he published to the British government's report of a group of independent experts "INWG, Wind Turbine Amplitude Modulation Control & Planning Study, July 2015." confirming its leading role, linked to the rotational speed of the blades and causing a "swishing" each passing those below the bottom end of path.

This report reviews the extensive scientific literature that establishes the reality of the adverse effects of wind turbines on sleep and health. It evokes the constant denial of the industrial sector to avoid being able the major criteria of discomfort and means employed to minimize the value when forced to do so. (Work Package 4, p 3, §1.6) This report appears to have caused a stir across the Channel, in a press denouncing the maneuvers and does not hesitate to draw a parallel with the scandal of VW.


For years, scientists such as Carl epidemiologist V.Phillips yet recall the overwhelming presumptions which means servere responsibility of wind turbines and identical symptoms of thousands residents worldwide. Carl V. Phillips demand that we stop playing with words on scientific evidence to try to deny this major health problem.

In June 2014, the report of the Finnish Ministry of Health called for a minimum distance of 2 km from the houses by concluding: "The actors of development of wind energy should understand that no economic or political objective must not prevail over the well being and health of individuals. "

In France, the March 2008 report of the French health agency AFSSET had not retained the distance of 1500 m recommended by the National Academy of Medicine, considering in particular that: "The benefits of the generalization of such a distance , simple to implement, must be weighed against the brake on development it is. "(P 15)

Today, protection of biodiversity, landscapes and historical monuments are shattered to allow the proliferation of wind turbines. It is shocking that in Poland, the "Department of Technology of Meat and Food Quality of the University of Life Sciences in Lublin" will be cared for impairment of the quality of pig meat high to legal distances considering them as local residents. To allow multiplication of wind turbines noise they continues to measure decibels with "A", a fact recognized for over 30 years as unfit to mesuure their noise.

And we violate the opinion of the Academy of Medicine bygoing less for well-being and the health of residents that farmers will do fo the quality of their beef meat.

This is not the most glorious face of ecology.

 

_______________________________________________________

beBELGIQUE:
Lettre de Claude Brasseur, mathématicien, chercheur, et fondateur d’un centre de recherche sur les énergies renouvelables à Madame la Ministre Fédéral de la santé de la Belgique

Madame, Monsieur,


Les infrasons d'éoliennes sont reconnus dangereux pour la santé... encore faut-il le prouver objectivement!
Ci-dessous mon dernier mail à Madame De Block, accompagné de la méthode proposée.
Mail envoyé à toute la presse et aux responsables politiques....

Madame le Ministre,

inistre fédéral de la santé, vous êtes concernée par la santé de tous les Belges. J'ai pourtant pu comprendre vos refus réitérés de couvrir et contrôler mon étude statistique des effets nocifs des infrasons d'éoliennes : leur existence est niée par des « autorités » en la matière. Ceci alors que vos services vous conseillent cette recherche depuis 2013. Les promoteurs d'éoliennes parlent d' « effet nocebo », de problèmes psychologiques, d'enquêtes subjectives, et ridiculisent les plaignants.

Si j'ose encore insister, c'est parce que non seulement la Commission présidée par le sénateur australien John Madigan a parlé d' »escroquerie du siècle » mais surtout parce que j'espère la santé humaine plus importante que celle des porcs. On observe une dégradation de la qualité de la viande de porcs « en finition », dégradation d'autant plus importante que l'élevage est proche d'un parc éolien. (1) NB. John Madigan vient d'obtenir de la National Health and Medical Research Council l'obligation d'évaluation de la toxicité des éoliennes.

Bien sûr, un porc n'est pas un humain et je propose à nouveau ma méthode de mesures objectives qui concerne nos concitoyens. Les mesures usuelles faites sur la viande de porc sont nécessairement objectives... et j'ose poser la question : pourrait-on vraiment faire vivre des humains sous des éoliennes alors que cela doit être évité pour les porcs, porcs qui n'y vivent que pour de très brèves périodes?

Avec mes remerciements pour l'attention que vous voudrez certainement accorder à ce problème de santé publique, veuillez agréer, Madame le Ministre, l'expression de mes sentiments les plus respectueux.
Claude Brasseur
mathématicien
chercheur dans le domaine des énergies renouvelables
78, rue de Humain
5580 Rochefort
brasseurvossen@skynet.be
003284213891

(1) Malgorzato Karwowska et alter : The effect of varying distances from the wind turbine on meat quality of growing – finishing pigs. Ann.Anim.Sci. Vol 15 N° 4 (2015) 1043-1054 DOI : 10.1515/aoas-2015 - 0051

 


1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?