Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube  fed  rdp 

 

 

Échos > 2017 > Allemagne: La fin de l’Energiewende (la tansition énergétique)

FR
France

La fin de l’Energiewende (la tansition énérgétique allemande)?

Publié par à



Jean Pierre Riou
La politique énergétique européenne imite le modèle allemand qui mise essentiellement sur le développement éolien et photovoltaïque pour remplacer les énergies fossiles et nucléaires. Par comparaison, cette puissance est aujourd’hui de 89 GW et celle de notre parc nucléaire de 63 GW. Cette puissance colossale ne produit, hélas, que de façon intermittente, l’intermittence des éoliennes étant, de surcroit, aléatoire.
Des surproductions problématiques
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est quand ces moyens produisent qu’ils posent le plus de problèmes à l’équilibre du réseau européen. Le Mont Champot en a évoqué le prix dans l’article «  Le prix de l’intermittence ».
Des arrêts intempestifs
Mais quelle que soit la puissance installée, il ne semblait pas difficile de prévoir que dès la tombée de la nuit, le solaire ne produirait rien, ni qu’en cas de forte pression anticyclonique, les vents disparaitraient, impliquant que même aujourd’hui, avec des creux de moins d'1 GW (ci dessous 0,33 GW), cette formidable puissance intermittente installée ne peut garantir l’Allemagne de la moindre puissance effective.
Source https://www.energy-charts.de/power.htm
Ce qui explique qu’en termes de puissance installée, l’Allemagne n’a toujours pas pu fermer le moindre MW de puissance pilotable, c'est-à-dire disponible quand on en a besoin, ainsi que le montre l’article «  L’échec d’une politique énergétique », montrant qu'en fait, ce sont les + 8GW de gaz et + 7 GW de biomasse ont intégralement compensé les quelques 11 GW nucléaires en moins. Laquelle biomasse n'ayant d'ailleurs rien à envier au charbon en termes d'impact néfaste sur l'environnement.
La mise en échec d’un modèle
Une puissance si considérable, à l’épreuve des grands froids anticycloniques de ce début d’année, semble avoir enfin mis en évidence l’incongruité de l’entêtement à développer des énergies intermittentes pour assurer le fragile équilibre du réseau européen. D’autant qu’on semble nous cacher soigneusement que c’est la France, 1° exportateur mondial d’électricité grâce à la puissance et la disponibilité de son parc nucléaire, qui régule ce réseau européen, y compris le réseau allemand vers lequel elle est également largement exportatrice. (Voir l’article «  Nucléaire français, un enjeu européen »
La fin d’une fuite en avant
La mise en échec de cette politique vient d’être mise en évidence par l’important économiste allemand Heiner Flassbeck selon l’édifiant article « The End of the Energiewende? » qui décrit point par point l’impasse dans laquelle s’est engagée l’Allemagne et dont le froid anticyclonique actuel aura servi de révélateur.
Des coûts mal anticipés
La gratuité du vent et du soleil est à l’origine, voilà tout juste 10 ans, de promesses devant le Sénat de retours sur investissements et de véritable "rente" pour la collectivité dès 2015.

Alors que les surcoûts des énergies renouvelables ne cessent de croître, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) affiche une prévision 2017 de 5,7 milliards d’euros, dont 1,5 milliard d’euros pour nos seules éoliennes et que l’Allemagne a déjà dépassé les 25 milliards d’euros annuels.
Ces surcoûts, ainsi que la nécessité d'entretenir en parallèle et de façon non rentable, les centrales prêtes à démarrer quand le vent tombe, expliquent la stricte corrélation entre les prix de l’électricité en Europe et la puissance solaire/éolien installée par habitant.

Source http://euanmearns.com/green-mythology-and-the-high-price-of-european-electricity/

Une prise de conscience tardive
L’aspect le plus grave de cette politique erratique semblant le coup porté aux possibilités d'émergence de toute alternative pérenne. En effet, l’injection d’électricité intermittente, prioritaire et subventionnée, dans le réseau européen a ruiné le marché du MWh en le faisant plonger jusqu’à des prix négatifs à chaque épisode de surproduction, comme ci-dessous où le lien entre la production éolienne allemande et le cours du MWh (intraday) en bleu semble évident. 
Source https://www.energy-charts.de/price.htm
Ce qui ruine la rentabilité de toute production non subventionnée et enlève toute visibilité de retour sur investissement pour la recherche et l’innovation.
Un espoir venu d’ailleurs
Devant cet échec ruineux des politiques publiques, c’est l’investissement privé qui se pose désormais en alternative, notamment sous l’impulsion de Bill Gates, figure de proue d’un groupe d’investisseurs pesant 170 milliards de dollars, décidé à miser sur l’innovation, notamment avec sa société Terrapower, dédiée à l’avènement d’une énergie nucléaire économique, sûre, propre et durable.   
Face aux défis actuels, aussi bien climatiques que géostratégiques, avions-nous, en fait, réellement d’autres perspectives ?
Publié par à
Libellés :

1234