Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube  fed  rdp 

 

 

Échos > 2016 > Éoliennes : les opposants ne désarment pas

fr Poitou-Charentes
11 août 2016
Indre

Éoliennes : les opposants ne désarment pas

nr

1

Une centaine d'opposants aux projets éoliens ont manifesté à La Châtre-Langlin.

Dix-huit associations dénoncent avec force les projets éoliens qui fleurissent entre Argenton-sur-Creuse et Chaillac, dont celui de La Châtre-Langlin.

La réunion de la communauté de communes de la Marche occitane-Val d'Anglin, organisée le 26 juillet, à La Châtre-Langlin, n'avait pas échappé à l'association Environnement durable en Boischaut-Sud. Les élus devaient évoquer ce jour-là le dossier du projet éolien local. Une centaine d'adhérents de dix-huit associations, dont neuf basées dans l'Indre, s'étaient déplacés.
Leurs banderoles réclamaient la sauvegarde du bocage et la qualité de vie et leurs propos, parfois accompagnés de noms d'oiseaux, ont fait monter la température. Au point que le président de la CDC Philippe Gourlay a appelé les gendarmes. « Il y avait des éléments violents et ces gens nous ont insultés, affirme ce dernier. C'était le seul moyen de rétablir le calme. »

« Nous sommes restés corrects, se défend Michel Bidaud, porte-parole d'Environnement durable en Boischaut-Sud. Monsieur Gourlay n'avait pas donné suite à plusieurs de nos courriers et c'était l'occasion de dire que nous ne voulons pas de ce projet. Sa seule réponse a été de faire venir des gendarmes ! »

" Ambiance malsaine dans nos villages "

Des opposants se sont également rendus, la semaine dernière, aux réunions des conseils municipaux de La Châtre-Langlin et de Parnac, pour dénoncer de façon globale les multiples projets éoliens à l'étude entre Argenton-sur-Creuse et Chaillac, et aux limites de la Creuse, de la Haute-Vienne et de la Vienne. « J'habite Vigoux où une dizaine de mâts qui toucheraient quatre communes pourraient être installés, explique Dominique Moulin, de l'association Pas de vent chez nous. Ces projets, qui ne tiennent pas compte de l'avis de la population, ni de l'environnement, provoquent une ambiance malsaine dans les villages. »
Marcel Bourgoin maire de La Châtre-Langlin, défend l'étude en cours sur sa commune : « Nous sommes dans une zone de développement éolien prescrite par le préfet. La population est plutôt favorable à ce dossier qui nous rapporterait chaque année 120.000 € et autant à la communauté de communes ».
A ce projet, basé sur la mise en place de douze pylônes au « Courry », pourrait s'ajouter l'implantation de six autres mâts, à la limite de Saint-Benoît-du-Sault. Christian Brec, maire de cette commune, est contre : « Je me suis abstenu au niveau de la communauté de communes, pour ne pas pénaliser les projets défendus par mes collègues. Mais il n'est pas concevable d'installer des éoliennes que l'on verrait du prieuré de Saint-Benoît. »
Si Philippe Gourlay admet que « chacun a son point de vue, qui peut se discuter »,il met en avant « des retombées financières intéressantes pour la collectivité, à une époque où on a besoin de recettes. Sinon, il faudra augmenter les impôts. »
Michel Bidaud ajoute pour sa part que les opposants ne veulent pas en rester là : « Le déplacement du 26 juillet était une mise en bouche. Nous allons amplifier le mouvement. »

Jean-Michel Bonnin

 




1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?