Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube    rdp fed

 

 

Échos > 2014 > « scientificité » de certaines études récentes concernant l'éolien

A propos de la « scientificité » de certaines études récentes concernant l'éolien 

suisse

librevent
(2011-2013) 

Bonjour de Suisse! Pascale Hoffmeyer
rédactrice du blog
voisine d'eoliennes industrielles
Fondatrice du collectif de citoyens pour la diffusion de l'information sur l'énergie éolienne
http://www.librevent.ch


Le 11 novembre 2013, des citoyens jurassiens, en Suisse, ont reçu un courrier de l'Université Martin Luther de Halle-Wittenberg en Allemagne, dans lequel ils étaient informés des conclusions du sondage auquel ils avaient participé en début d'année, pompeusement appelé par son auteur Mme prof. Dr. Gundula Hübner: étude sur les "Effets des éoliennes en Suisse". Les conclusions étaient largement favorables au développement des éoliennes industrielles parce que seule 6% de la population en souffrait réellement d'après leur interprétation. La presse s'est empressée de relayer l'affaire et les promoteurs brandissent cette étude comme parole d'évangile. Le hic est que cette étude a été soigneusement et brillamment analyser par un groupe de travail assisté d'un spécialiste du genre, pour les associations neuchâteloise et jurassienne, "les Travers du vent" et "librevent". Les conclusions sont un outil redoutable dont nous disposons maintenant pour dénoncer les limites de l'honnêteté des milieux pro-éoliens. De plus, suite à cette analyse, un curieux très avisé et rôdé à l'exercice, a mené une petite enquête sur les acteurs de cette farce et leur façon de faire et de publier des études dites scientifiques au service de l'industrie. Supervisées en haut lieu, ses conclusions ont été approuvées et même jugées encore en-dessous de la réalité. Un fonctionnaire qui marche main dans la main avec un professeur d'Université qui soutient des travaux dont les paternités se confondent, des psychologues qui travaillent pour des lobbies internationaux, des questions confuses pour des réponses aux interprétations multiples... et tellement d'autres choses mises à jour par l' analyse complétée de l' éclairage hautement intéressant de Claude Schindler. Vous pouvez télécharger l'analyse et le travail d'enquête de ce dernier ici: http://www.librevent.ch/index.php?page=scientificite-de-certaines-etudes-eclairage-de-claude-schindler. Nous vous recommandons de publier ces documents sur vos sites et des utiliser autant que possible pour discréditer la branche éolienne. N'hésitez pas à distribuer ces documents aux associations régionales qui gravitent autour de vous. Merci à tous les acteurs qui ont rendu possible ces documents. Et merci à vous tous de rendre cette lutte possible!

http://www.librevent.ch/index.php?page=scientificite-de-certaines-etudes-eclairage-de-claude-schindler.

Les faits 

    En 2011, le bulletin du Congrès suisse de l'électricité publie les résultats d'une étude quantitative de la chaire de psychologie sociale de l'Université de Zurich: « Acceptation locale des installations de biogaz ». Deux doctorantes signent l'article avec Götz WALTER présenté comme conseiller d'entreprises auprès de The Advisory House et responsable de la chaire de psychologie sociale à l'Université de Zurich.

    Ce même Götz WALTER (avec la collaboration de Markus GEISSMANN) est l'auteur du Rapport final du 30 novembre 2012, « Sozialpsychologische Akzeptanz von Windkraftprojekten an potentiellen Standorten – Eine quasiexperimentelle [sic] Untersuchung » (132 p.), commandité par l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) et l'Université de Zurich, avec l'appui de The Advisory House. Il s'agit du questionnaire envoyé en juillet 2012 à 4'400 ménages à la base de l'enquête sur l'adhésion de la société à la stratégie de la Suisse en matière d'énergie. 951 questionnaires dûment remplis ont été retournés, puis dépouillés avec les méthodes statistiques d'usage. Je relève dans le sommaire une grande prudence: « Même si l'échantillon portant sur 951 personnes n'est pas représentatif, les résultats de cette enquête représentent un indice tendant à démontrer l'attitude positive de la population suisse envers le développement de l'énergie éolienne » (Rapport cité, p. 11). Mais surtout, je remarque dans le questionnaire l'apparition impromptue, en copyright, de l'équipe de l'Université de Halle, Gundula HUEBNER, Johannes POHL, Elisabeth LOEFFLER (p. 5 et 13), et de Nina HAMPL, de l'Institut d'économie et d'écologie de l'Université de Saint Gall (p. 12). Les publications de ces chercheurs ne figurent pas dans les repères bibliographiques de cette étude « quasi-expérimentale ». 

     Le journal fribourgeois « La Liberté » s'empare de l'étude le 7 février 2013, sous le titre: « Des psys au secours des éoliennes », et en résume ainsi les chiffres: « Les premiers résultats révèlent ''une attitude positive'' de la population envers le développement de l'énergie éolienne. 42% des sondés approuvent les projets, 46% sont classés comme personnes ''indécises'' et seulement 12% des sondés rejettent les projets ». En « soignant » certains paramètres lors de la phase de planification, le taux d'acceptation pourrait être porté « à plus de 80% ». Le journaliste de « La Liberté » interroge ensuite Gundula HUEBNER sur cette nouvelle « science » qu'est la psychologie environnementale et signale l'activité didactique de la chercheuse de Halle sur le rôle des psychologues dans le tournant énergétique (séminaire à Berne en 2012).

    Survient alors la consultation des habitants de Daillens et d'Oulens (canton de Vaud) à propos d'un projet d'implantation d'un parc éolien sur leurs communes. Malgré la forte défense publique du projet le 6 mai 2013, documentée par Markus GEISSMANN, deux ingénieurs et des techniciens d'ennova, sur fond de pacification des conflits (images projetées de Federer embrassant Nadal, de poignées de main et de bulles de savon soufflées par un enfant lové dans son père), les habitants de Daillens refusent le projet à 78,3% (74,3% de participation), et ceux d'Oulens à 85,4% (83,2% de participation), le 9 juin 2013. 

    On comprend dès lors pourquoi la publication du deuxième volet de l'étude sur l'acceptabilité de l'éolien prend un sens extra-scientifique de grande importance politique. Sa publication officielle par l'OFEN et l'OFEV le 28 octobre 2013, sous le titre: « Eoliennes: faible impact sur la population », est immédiatement répercutée dans les médias. Ce même jour, Gundula HUEBNER est interrogée par « Radio Jura bernois » sur le lieu même où les résultats de la recherche sont communiqués, Mont-Soleil, au sujet d' « une étude qui brave les préjugés ». Dans la foulée, Suisse-Eole annonce que « la grande majorité des riverains sont contents ». Le lendemain, « Le Temps » titre en page économie: « Seuls 5,5% des habitants concernés refusent des éoliennes chez eux ».

    Comment se présente ce Rapport final intitulé « Wirkungen von Windkraftanlagen auf Anwohner in der Schweiz: Einflussfaktoren und Empfehlungen » ? Il s'agit d'une étude menée en 2012-2013 par le département de psychologie de la santé et de l'environnement de l'Institut de psychologie de l'Université de Halle, en collaboration avec la chaire pour les énergies renouvelables de l'Institut pour l'économie et l'écologie de l'Université de Saint-Gall. Les auteurs: HUEBNER, LOEFFLER, HAMPL, WUESTENHAGEN. Les commanditaires: l'Office fédéral de l'environnement et l'Office fédéral de l'énergie. 

    Le Rapport s'autorise de 43 références bibliographiques. Le document méthodologique majeur est cité au paragraphe 3.2. consacré à la « Méthode d'investigation » : « On a employé une liste de 614 questions, élaborée sur la base d'études similaires (par ex. HUEBNER & POHL 2010) et adaptée à la Suisse, notamment en collaboration avec des experts de l'OFEN et de l'OFEV ». L'article auto-référencé de HUEBNER & POHL, étude de 72 pages commanditée par le Ministère allemand de l'environnement, ne semble pas avoir fait l'objet d'une publication hors l'Université de Halle-Wittenberg. Quant aux autres publications des auteurs du Rapport de 2013, il est intéressant de constater qu'elles sont parues dans des revues techniques (« Erneuerbare Energien », « Energy Policy » ou à l'occasion de congrès (Conference on Wind Power and Environmental Impacts, Stockholm, 5-7 février 2013). Une exception: un article de HUEBNER paru dans un livre, Erneuerbare Energien – Ambivalenzen, Governance, Rechtsfragen, publié par Metropolis à Marburg en 2012. Voilà pour les Allemands. Quant aux Suisses, on retrouve le texte de Götz WALTER (déjà cité) publié en interne à l'Université de Zurich, et, in fine, un article sur l' « acceptance »  de Rolf WUESTENHAGEN,  publié également dans « Energy Policy » en 2007. WUESTENHAGEN, patron de Nina HAMPL, est le responsable de la chaire de management des énergies renouvelables de l'Institut pour l'économie et l'environnement de l'Université de Saint-Gall, institut crée en 1992.

Conclusions 

    Que peut-on tirer de ce rapide parcours de références dites « scientifiques » à propos des effets sur l'humain de grandes éoliennes existantes ou programmées ? 

    Premièrement, on voit sans peine que ce terrain universitaire est miné à un degré jamais atteint par les conflits d'intérêts. A aucun moment la qualité des mandataires des études, les Ministères fédéraux allemands et suisses de l'environnement et de l'économie, ainsi que le statut des sponsors qui appuient ou financent ces mêmes études, ne posent problème aux scientifiques. A titre d'exemple, le Rapport cité du 30 novembre 2012 commandité par le Ministère fédéral de l'énergie et cofinancé par The Advisory House, sous la responsabilité de Götz WALTER et d'un collaborateur, Markus GEISSMANN, responsable de l'éolien auprès du même Ministère. Ou, dans le Rapport du 28 octobre 2013, la référence au travail de HUBER & HORBATY, 2010, IEA Wind Task 28, deux consultants de ENCO AG Switzerland (Energie Consulting) basés à Liestal. Ou encore, la présence de sponsors émérites, par exemple lors du forum annuel sur le management des énergies renouvelables à l'instigation du professeur Rolf WUESTENHAGEN: Zurich Assurance, ABB, SGSW, IWB (aee SUISSE).

    Deuxièmement, faut-il rappeler que l'objectivité scientifique donne lieu à un débat permanent dans les sciences humaines où l'on travaille à la difficile articulation des études quantitatives et des études qualitatives ? L'argument d'autorité de la science a été mis en discussion par Howard BECKER, les méthodes statistiques par sondages ont été récusées par Pierre BOURDIEU. Ce ne sont pas des références que vous trouverez dans les Rapports sur l'éolien, rapports entièrement tributaires d'une orientation anglo-saxonne dominante. Ce qui se nomme ici  « psychologie sociale » ou « psychologie environnementale » n'est guère qu'une application de méthodes statistiques à des études cognitivo-comportementalistes. Manque totalement l'apport de la sociologie des organisations (Michel CROZIER), de la sociologie des risques (Ulrich BECK) et des processus de démocratie technique (Michel CALLON, Bruno LATOUR). Quant à la psychologie proprement dite, l'orientation clinique du professeur de Halle, Johannes POHL (qui se réfère aux travaux psychiatriques de BOSSINI, GERBALDO et alii, cf. la bibliographie du Rapport du 28 octobre 2013) donne un jour singulier à la méthodologie du grand questionnaire auquel ont eu affaire les patients de l'éolien. Ce n'est probablement pas un hasard si l'accès aux questions proprement dites est si difficile: explicitées, elles porteraient par elles-mêmes la preuve de la validité de l'enquête. 

    Troisièmement, que dire des modes de publication de ces Rapports ? La scientificité d'une étude publiée selon les normes usuelles de l'Université présuppose une reconnaissance par les pairs à travers des comités de lecture ad hoc, ce qui semble être rarement le cas ici. Des auteurs qui nous retiennent, je vois une publication chez Elsevier  dans le Journal « Energy Policy », et un article extrait d'un ouvrage. Pour le reste, ce sont des travaux de professeurs, d'assistants, de doctorants publiés au sein même des Universités et parfois protégés par une clause de propriété intellectuelle. 

    Quatrièmement, est-on assuré que les Rapports, alors qu'ils questionnent les habitants sur des paramètres individuels de santé physique et psychique, ont bien passé l'épreuve de l'approbation de la recherche et de sa méthodologie par une Commission d'éthique ? 

    Cinquièmement, il est très inquiétant de voir à l'œuvre, dans certains communiqués étatiques et médiatiques, une dérive textuelle englobant la totalité des habitants d'un pays. Trois  exemples. Le titre choisi par l'OFEN pour son communiqué du 28 octobre 2013: « Éoliennes: faible impact sur la population »; on apprendra par la suite qu'il s'agit « des riverains d'un parc éolien en Suisse ». Ou l'équivoque contenue dans le titre même de la grande étude de 2013: « Effets des installations éoliennes sur les habitants en Suisse » - sous-entendu:  sur les 467 personnes interrogées vivant dans un rayon de 5 km au maximum autour de l'un des 7 sites éoliens suisses. Titre que « Le Temps » reformule diplomatiquement ainsi: « Seuls 5,5% des habitants concernés refusent des éoliennes chez eux ».

Claude Schindler
Moutier, le 15 mai 2014
franquemont@bluewin.ch

questionnaire  Hübner (pdf)

analyse complète du questionnaire( pdf)

 



1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?