Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


books      epaw-video-en

 

 

Ecos > 2016 > Wind Power Investment Collapses in Europe

eu
Europe

Freefall: Wind Power Investment Collapses in Europe

Chute libre : Les investissements concernant l' éolien s'effondrent en Europe

traduction en Français

June 1, 2016 by

https://stopthesethings.com/2016/06/01/freefall-wind-power-investment-collapses-in-europe/

1

In a ‘what goes around comes around’ kind of way, it’s fitting that the great wind power fraud is taking European ‘investors’ – of the Energreen mold – to the cleaners.

The subsidies have run out and, as night follows day, investors are racing to the exits – which brings the greatest Ponzi scheme of all time to an inevitable end. Here’s Andrew Follett with some more moaning from the wind industry, its parasites and spruikers.

Report details collapse of “Green energy” in Europe
The Daily Caller
Andrew Follett
10 May 2016

The amount of money flowing into European green energy from governments and the private sector collapsed from $132 billion in 2011 to $58 billion last year.

A report, published Tuesday by a British auditing firm, blames government cutbacks of subsidies and the failure of green energy to meet reliability and cost goals as a reason for declining investment. The cutbacks largely occurred for cost reasons.

As recently as 2010, Europe made up 45 percent of the world’s investment in green energy, but that has plunged to 18 percent, according to Bloomberg New Energy Finance.

“Whenever subsidies or mandates are lowered, interrupted, or ended, then investment in renewable energy projects disappears,” Myron Ebell, director of the Center for Energy and Environment at the free market Competitive Enterprise Institute, told The Daily Caller News Foundation. “The same thing has happened repeatedly in the U. S. when federal tax credits for wind and solar power have lapsed.  The reason is obvious: despite decades of promises that these technologies will soon be commercially viable, they still cannot compete in the market against conventional sources of electricity.”

The U.K was routinely the top place to invest in green energy due to lucrative subsidies, mandates and tax incentives during the mid-2000s, but now it has fallen to 13th place, according to the report.

These subsidies and tax incentives were enormously costly. Brits paid a whopping 54 percent more for electricity than Americans in 2014 while energy taxes cost residents roughly $6.6 billion every year. Green energy subsidies in the U.K regularly exceed spending caps and account for roughly 7 percent of British energy bills, according to a government study released last July.

Europe had a similar experience with green energy. The continent poured $1.2 trillion into the green energy industry to fight global warming, but its carbon dioxide (CO2) emissions and power bills just keep rising.

Between 2005, when Europe create pro-green energy policies, and 2014, residential electricity rates on the continent increased by 63 percent, according to a study published in March by The Manhattan Institute. Over the same period, residential rates in the U.S. rose by 32 percent. Germany, Spain and the U.K, which intervened the most in the energy markets, saw its electricity bills rise the fastest, according to the study.

The average European spent 26.9 cents per kilowatt-hour on electricity, while the average American only spent 10.4 cents, according to a Daily Caller News Foundation analysis of power prices. These rising power bills hit Europe’s poor the hardest, hurting them 1.4 to four times more than they hurt the rich, according to a study by the National Bureau of Economic Research.
The Daily Caller

2


Détails du rapport "effondrement de «l'énergie verte» en Europe"


Le Quotidien Caller
Andrew Follet
10 mai 2016

Les montants financiers des gouvernements et du secteur privé  qui ont alimenté  l'énergie verte européenne se sont effondrés de  132 milliards de dollars en 2011 à  58 milliards l'année dernière.

Un rapport, publié mardi par un cabinet d'audit britannique, accuse les coupes sombres  dans les subventions  gouvernementales et l'échec de l'énergie verte à  atteindre des objectifs de fiabilité  et de coût  d'être les raisons de la baisse de ces investissements.

En  2010, l'Europe avait  augmenté de 45 % les investissements mondiaux dans les énergies vertes, mais d’après   "Bloomberg New Energy Finance",  ceux-ci  viennent de plonger de 18%.

Comme vient de l’annoncer    The Daily Caller News Foundation ", chaque fois que les subventions ou les programmes d’action sont révisées à la baisse  ou stoppés, alors les investissements  dans des projets d'énergies renouvelables disparaissent » constate  « Myron Ebell, directeur du « Center for Energy and Environment at the free market Competitive Enterprise Institute ».
 
La même chose est arrivée à plusieurs reprises aux USA. Lorsque les crédits d'impôt fédéral pour l'énergie éolienne et solaire ont été caducs . La raison est évidente: malgré des décennies de promesses que ces technologies seront bientôt commercialement viables, elles  ne peuvent toujours pas rivaliser sur le marché avec les sources conventionnelles de production d'électricité ".

Selon ce rapport  le Royaume-Uni a été  au milieu des années 2000, régulièrement en  première place concernant les investissements dans les énergies vertes en raison des subventions lucratives, des programmes et des incitations fiscales , mais maintenant il est tombé à la 13 ième place

Ces subventions et ces incitations fiscales ont été extrêmement coûteuses. En 2014 les Britanniques ont  payé leur électricité  54 % plus chère que  que les Américains , et  les taxes énergétiques  coûtent  aux habitants environ 6,6 milliards de dollars  chaque année. Au Royaume-Uni, les subventions aux énergies vertes dépassent régulièrement les plafonds des dépenses et représentent environ 7 %  des factures énergétiques britanniques, selon une étude du gouvernement publié en juillet dernier.

L'Europe a eu une expérience similaire avec l'énergie verte.
Le continent a versé 1.200 milliards de dollars dans l'industrie de l'énergie verte pour lutter contre le réchauffement climatique, mais son dioxyde de carbone (CO2) et ses factures d'électricité continuent simplement à augmenter.

Entre 2005 date ou  l'Europe à décidé de se lancer dans des politique énergétiques « pro vertes » et 2014, les tarifs d'électricité résidentiels sur le continent ont augmenté de 63%, selon une étude publiée en mars par l'Institut Manhattan.

Au cours de la même période, les tarifs de l’électricité résidentiels aux  États-Unis n'ont augmenté que de 32%.

Selon cette étude, l' Allemagne, l' Espagne et et le Royaume-uni sont les pays qui sont le plus intervenus  concernant  les marchés de l'énergie, et qui ont vu leurs  factures d'électricité augmenter le plus rapidement.

Selon une analyse du "Daily Caller Nouvelles Fondation" concernant les prix de l'énergie, l ’Europe a dépensé en moyenne  26,9 cents par kilowattheure  pour l'électricité, alors que la moyenne américaine n'a été que de  10,4 cents,

Ces augmentations des factures d’électricité ont pénalisé beaucoup plus fortement les pauvres  qui ont été touchés  de 1, 4 à 4 fois plus que les riches, selon une étude menée par le National Bureau of Economic Research.

The Daily Caller
Le Quotidien Caller

2


1234

Volver arriba
¿Quiénes somos?