Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


books      epaw-video-en

 

 

Echoes > 2014 > German Bundestag decided green electricity reform

franceversion française

ukenglish version

germany Deutschland

Deutscher Bundestag beschloss Ökostrom-Reform

Berlin, 27.06.2014

bundes

Der Deutsche Bundestag hat am Freitag die umstrittene Reform der Ökostromförderung beschlossen. Von 583 abgegebenen Stimmen votierten 454 Abgeordnete für eines der zentralen Projekte der großen Koalition. Das entspricht einer Zustimmung von 77,9 Prozent. Es gab 123 Nein-Stimmen und 6 Enthaltungen. Die regierenden Christ- und Sozialdemokraten haben zusammen rund 80 Prozent der Sitze im Parlament.

Mit verbindlichen Ausbauzielen, Förderkürzungen und mehr Wettbewerb sollen die Kosten für den Ausbau der erneuerbaren Energien bis 2017 zumindest stabil gehalten werden. Offen ist noch, ob die EU-Kommission das Gesetzespaket akzeptiert.

Vorangegangen war der Abstimmung in Berlin ein heftiger Schlagabtausch. Die Opposition warf Wirtschaftsminister Sigmar Gabriel vor, mehr die Interessen der Wirtschaft als die der Verbraucher im Blick zu haben.

Die Stromerzeugung mit Windrädern, Sonnenkollektoren und Biogasanlagen wird in Deutschland mit jährlich mehr als 20 Mrd. Euro subventioniert. Bürger und Wirtschaft müssen die Förderung über den Strompreis bezahlen. Die Umlage beträgt derzeit 6,24 Cent pro Kilowattstunde.

Gabriel verteidigte sich. Der Bau neuer Windräder an Land von 2.500 Megawatt pro Jahr bleibe ambitioniert. Die Kosten für mehr Stromerzeugung aus Wind, Sonne, Wasser, Biogas und Geothermie müssten aber sinken.

Startzeitpunkt noch offen

Ob das zentrale Projekt der "schwarz-roten" Regierung wie geplant am 1. August in Kraft treten kann, ist noch unsicher. Die EU-Kommission kritisiert, ausländische Stromanbieter könnten beim deutschen Fördersystem benachteiligt werden.

Den Einwand aus Brüssel, ausländischer Importstrom müsse von der Ökostromumlage befreit werden, kann Gabriel nicht verstehen. Dennoch hält er eine baldige Einigung mit den Wettbewerbshütern für möglich.

Davon hängen die Rabatte von 5 Mrd. Euro für die Industrie bei der Umlage ab. Bei Verzögerungen könnten Unternehmen nicht mehr rechtzeitig Rabattanträge für 2015 stellen. Ohne Vergünstigungen seien hunderttausende Jobs in Gefahr, warnt die Wirtschaft.

Am 11. Juli wird der Bundesrat in Berlin die Reform des Erneuerbare-Energien-Gesetzes (EEG) beraten. Die Bundesländer, die zuvor wesentliche Änderungen durchgesetzt hatten, wollen sie aber nicht blockieren.

Deutschland hatte 2011 nach der Atom-Katastrophe im japanischen Fukushima entschieden, das letzte deutsche Atomkraftwerk 2022 abzuschalten und die Energiewende voranzutreiben. Derzeit hat Ökostrom in Deutschland einen Anteil von rund 25 Prozent an der Stromerzeugung - bis 2025 sollen es bis zu 45 Prozent und bis 2035 bis zu 60 Prozent sein.

Gabriel will "Energieagenda 2030" in Europa

Der deutsche Wirtschaftsminister Sigmar Gabriel (SPD) hat sich angesichts hoher Stromkosten für eine Energiewende in Europa ausgesprochen. "Wir brauchen eine Energieagenda 2020 oder 2030, und zwar für ganz Europa", sagte Gabriel am Freitag in Berlin vor Familienunternehmern. Europa habe deutlich höhere Energiekosten als die USA - auch in Folge von Steuern und Abgaben.

Die Frage sei, wie man von diesen Kosten herunterkomme und gleichzeitig die Einnahmen für den Staat sichere. Große Bedeutung komme der Energieeffizienz zu, die Gabriel als "schlafenden Riesen" bezeichnete: "Wir heizen mehr den Vorgarten als das Wohnzimmer."

france

Le Bundestag allemand a décidé la réforme de l'électricité verte

http://www.romandie.com/news/LAllemagne-vote-la-reduction-du-soutien-aux-energies_RP/492057.rom

http://www.lesoir.be/584238/article/actualite/fil-info/fil-info-economie/2014-06-27/l-allemagne-vote-reduction-du-soutien-aux-energies-renouvelables


Berlin, 27/06/2014
( traduction rapide google)
Le Bundestag allemand a adopté la réforme controversée de la promotion de l'électricité verte, le vendredi. 583 suffrages exprimés, ont voté 454 députés pour un des projets clés de la grande coalition. Cela correspond à une approbation de 77,9 pour cent. Il y avait 123 voix contre et 6 abstentions. Les chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates au pouvoir ont environ 80 pour cent des sièges au Parlement.

Avec des objectifs d'expansion obligatoires, des compressions budgétaires et une concurrence accrue, les coûts de développement des énergies renouvelables doivent  être maintenue stable au moins jusqu'en 2017. Il est encore difficile de savoir si la Commission européenne acceptera  ces textes  législatifs.

Une empoignade violente a précédé ce vote  à Berlin. L'opposition a accusé ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, plus d'avoir plus à l’esprit les  intérêts de l'économie que ceux des consommateur.

La production d'électricité avec des éoliennes, des panneaux solaires et des installations de biogaz est subventionnée  en Allemagne pour un montant de plus de  plus de 20 milliards d'euros par an. Les citoyens et les entreprises doivent en payer cette  promotion sur le prix de l'électricité.
La charge est actuellement de 6,24 cents le kilowattheure.

Gabriel s'est défendu. La construction de nouvelles éoliennes sur une  base de  2.500 mégawatts par an reste  ambitieux. Le coût de plus de la production d'électricité à partir du vent, solaire, hydraulique, le biogaz et l'énergie géothermique, mais devraient diminuer.

Le point de depart dela réforme toujours en attente

Que ce projet central du gouvernement ""schwarz-roten" " puisse entrer en vigueur comme prévu le 1er Août, est encore incertain. La Commission européenne a critiqué fournisseur d'électricité étrangère pourrait être pénalisé dans le système allemand de financement.

L'objection de Bruxelles est que, l'électricité importée étrangère doit être exonéré de la taxe d'électricité verte, ce que Gabriel ne peut pas comprendre.  Néanmoins, il est possesseur  d'un accord avec une « clause de compétition de sauvegarde »   possible.

Des rabais de 5 milliards d'euros pour l'industrie dépendront  de la redevance. En cas de retard cela pourrait nuire à l’opportunité  de déposer des demandes de remboursement pour 2015. Sans prestations  il y aurait un risque pour  des centaines de milliers d'emplois préviennent les 'économistes.

Le 11 Juillet, le Bundesrat de Berlin discutera de la réforme de la loi sur les énergies renouvelables (EEG). Mais ils ne veulent pas bloquer  Les États qui avaient déjà mis en œuvre des changements importants,.

Allemagne avait décidé en 2011 après la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, l’arrêt  de la dernière centrale nucléaire allemande en 2022 pour accélérer la transition énergétique. Actuellement électricité verte en Allemagne détient une part d'environ 25 pour cent de la production d'électricité - jusqu'en 2025, jusqu'à 45 pour cent d'ici 2035 et atteindre jusqu'à 60%.

Gabriel veut un «agenda de l'énergie 2030» en Europe

Le Ministre de l'Economie allemand Sigmar Gabriel (SPD) a plaidé pour un redressement de l'énergie en Europe  au vue du coût élevé de l'électricité. "Nous avons besoin d'un programme d'énergie en 2020 ou 2030, et même pour l'ensemble de l'Europe», a déclaré Gabriel vendredi à Berlin devant des entrepreneurs . L'Europe avait des coûts de l'énergie nettement plus élevés que les États-Unis - aussi en raison des impôts et taxes.

La question est de savoir comment descendre de ces coûts et en même temps protéger les revenus pour l'État. La Grande cause à importance venir ser à l'efficacité énergétique, que Gabriel  dénommé "Le géant endormi": "Nous chauffons la cour devant chez nous avant plus notre  la salle de séjour."

france

(©AFP / 27 juin 2014 11h29)

L'Allemagne vote la réduction du soutien aux énergies renouvelables

Berlin - Les députés allemands ont entériné vendredi une réforme des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables, qui doit remettre sur les rails la transition énergétique du pays et enrayer la hausse des prix de l'électricité.

La loi, qui réduit à compter du 1er août les subventions accordées aux énergies alternatives, est aux côtés du salaire minimum le premier gros projet du gouvernement Merkel III. Présenté en janvier par le ministre de l'Economie et de l'Energie Sigmar Gabriel, le texte a fait l'objet d'un intense marchandage, en Allemagne et avec Bruxelles.

L'Allemagne a pris à la fin des années 90 le tournant des renouvelables en instaurant un généreux régime de subvention des énergies vertes. Un mécanisme qui a porté ses fruits - 27% de l'électricité consommée dans le pays au premier trimestre était issue de renouvelables - mais qui coûte cher, plus de 20 milliards d'euros par an. Les usagers financent le système par une taxe imposée à chaque kilowatt-heure produit et consommé.

La nouvelle loi réduit de manière substantielle les subsides accordés aux énergies propres (mais pas pour les capacités existantes), et prévoit que, graduellement, le courant produit par vent et soleil, qui doit représenter à l'horizon 2050 80% de la consommation totale, se soumette aux mécanismes du marché. Pour le moment il est prioritaire dans l'approvisionnement du réseau et n'entre pas en concurrence avec le charbon ou l'atome.

Premier pas dans la bonne direction pour la fédération BDEW, qui représente les acteurs traditionnels du secteur, la réforme signe l'arrêt de mort des renouvelables aux yeux de ses critiques, les Verts et les associations d'énergies propres et de protection de l'environnement.

La loi votée vendredi sera sans doute immédiatement contestée par Bruxelles puisque, malgré des mois de négociations, un point fait toujours débat: pour la Commission, l'application de cette taxe de soutien aux renouvelables sur le courant importé, y compris le courant vert, est une forme de barrière douanière, incompatible avec le marché libre.


(©AFP / 27 juin 2014 11h29)
____________________________________________________________________________________________________________________________________________

uk

German Bundestag decided green electricity reform


Berlin, 27.06.2014

( Google translation)

The German Bundestag has passed the controversial reform of the promotion of green electricity on Friday. Of 583 votes cast, voted 454 deputies for one of the key projects of the grand coalition. This corresponds to an approval of 77.9 percent. There were 123 votes against and 6 abstentions. The ruling Christian Democrats and Social Democrats have around 80 percent of the seats in Parliament.

With mandatory expansion targets, funding cuts and increased competition, the cost of the expansion of renewable energies should be kept stable at least until 2017. It is still unclear whether the EU Commission accepted the legislative package.

Preceded the vote was a violent slugfest in Berlin. The opposition accused Economy Minister Sigmar Gabriel, more to have the interests of the economy as the consumer in mind.

The electricity generation with wind turbines, solar panels and biogas plants is subsidized in Germany with more than 20 billion euros annually. Citizens and businesses must pay the promotion on the electricity price. The charge is currently 6.24 cents per kilowatt hour.

Gabriel defended himself. The construction of new wind turbines on land of 2,500 megawatts per year remain ambitious. The cost of more power generation from wind, solar, hydro, biogas and geothermal energy but would have to decline.

Start time still open

Whether the central project of the "black-red" government can enter into force as planned on 1 August, is still uncertain. The European Commission criticized foreign electricity provider could be penalized in German funding system.

The objection from Brussels, foreign imported electricity should be exempted from the levy of green electricity, Gabriel can not understand. Nevertheless, he holds an early agreement with the competition watchdogs possible.

Of the discounts of 5 billion euros for the industry depend on the levy. In case of delays could adversely affect timely provide rebate requests for 2015. Without benefits had hundreds of thousands of jobs at risk, warns the economy.

On 11 July, the Bundesrat in Berlin will discuss the reform of the Renewable Energy Sources Act (EEG). The states that had previously implemented significant changes, but they do not want to block.

Germany had decided in 2011 after the nuclear disaster in Fukushima, Japan, off the last German nuclear power plant in 2022 to accelerate the energy transition. Currently green electricity in Germany has a share of around 25 per cent of electricity generation - until 2025, up to 45 percent and by 2035 up to 60 percent to be.

Gabriel wants "energy agenda 2030" in Europe

German Economy Minister Sigmar Gabriel (SPD) issued in view of high cost of electricity for an energy turnaround in Europe. "We need an energy agenda in 2020 or 2030, and indeed for the whole of Europe," Gabriel said in Berlin on Friday in front of family entrepreneurs. Europe had significantly higher energy costs than the U.S. - also as a result of taxes and fees.

The question is how to come down from these costs and at the sa
me time secure the revenue for the state. Great importance come to the energy efficiency, Gabriel referred to as "sleeping giant": "We heat the front yard more than the living room."


1234

Top of page
About us