Nombre de visiteurs : Hit Counter by Digits
 

Paris:


livre      epaw-youtube    rdp fed

 

 

Documents > Guides > Une petite association démasque les mensonges classiques autour d'un projet éolien

Une petite association démasque les mensonges classiques autour d'un projet éolien

« Mardi soir, [le maire] Jacques Gilet a pourtant assuré que la commune n'était "pas le porteur de ce projet, qui est privé puisque les parcelles appartiennent à des particuliers ! Et puis c'est le préfet de région qui décidera ou non d'accorder le permis de construire !"

Devant cet argument, le porte-parole de l'association, Thierry Cottard, a rapporté au maire les propos tenus par un responsable d'EDF EN, lors d'une réunion publique organisée le 11 septembre dernier à Champignelles (*). "Il a dit qu'il n'avait jamais vu un préfet accorder un permis de construire si la municipalité disait non à l'éolien ! Alors réunissez votre conseil et faites donc enterrer ce projet !" »

L'Yonne Républicaine24 octobre 2013
par Armelle Gacon

Le projet éolien tourne au vinaigre

Une quinzaine de membres de l’association Vents poyaudins, opposée au projet éolien sur la commune de Champignelles, s’est exprimée en fin de conseil municipal, mardi soir. Debout sur la photo, Thierry Cottard, le porte-parole. Armelle GACON
Alors que l’éolien n’était pas à l’ordre du jour du conseil municipal de Champignelles, mardi 22 octobre 2013, l’association Vents poyaudins, fermement opposée au projet, a interpellé le maire à l’issue de la séance.

Une foule inhabituelle s'est invitée au conseil municipal de Champignelles, mardi soir. Dans la petite salle de la mairie de Louesme, commune associée, une quinzaine de membres de l'association Vents poyaudins, née en juillet contre un projet éolien qui pourrait aboutir sur la commune (lire les détails ci-contre), était décidée à se faire entendre.

L'association s'est adressée aux tribunaux

À la grande satisfaction des élus de l'opposition (PS), qui dénoncent « un manque de concertation » dans cette affaire, les membres de Vents poyaudins ont pris la parole en fin de séance – le projet éolien ne figurant pas à l'ordre du jour.

Ils ont interpellé le maire Jacques Gilet sur le fait que quelqu'un de sa famille possède des parcelles susceptibles d'accueillir des éoliennes. L'association a, à ce sujet, envoyé le 13 août dernier une lettre au tribunal administratif de Dijon ainsi qu'au Tribunal de grande instance (TGI) d'Auxerre, leur demandant de « bien vouloir faire toute la lumière et\ou d'agir en conséquence pour vérifier si les faits relevés constituent ou non une infraction susceptible de poursuites ». Dans sa ligne de mire, une délibération du 31 mai 2012 par laquelle le maire et son conseil autorisaient EDF Énergies nouvelles (EDF EN) à mener les études préalables à l'installation d'un parc éolien.

Mardi soir, Jacques Gilet a pourtant assuré que la commune n'était « pas le porteur de ce projet, qui est privé puisque les parcelles appartiennent à des particuliers ! Et puis c'est le préfet de région qui décidera ou non d'accorder le permis de construire ! »

Devant cet argument, le porte-parole de l'association, Thierry Cottard, a rapporté au maire les propos tenus par un responsable d'EDF EN, lors d'une réunion publique organisée le 11 septembre dernier à Champignelles (*). « Il a dit qu'il n'avait jamais vu un préfet accorder un permis de construire si la municipalité disait non à l'éolien ! Alors réunissez votre conseil et faites donc enterrer ce projet ! » L'élu n'en démord pas : « Si les propriétaires veulent une éolienne chez eux, ce n'est pas à moi de les en empêcher ! » Alors l'association ne baissera pas ses gardes : « Nous allons tout faire, Jacques, pour que vous perdiez les élections municipales », a même menacé Thierry Cottard.

(*) Jacques Gilet n'y avait pas pris part, arguant qu'il était « en déplacement ». Lire le compte rendu de cette réunion dans L'Yonne républicaine du 13 septembre 2013.

Armelle Gacon
armelle.gacon@centrefrance.com

L'Yonne Républicaine | 24 octobre 2013


1234

Haut de page
Qui sommes-nous ?